Comment gérer l'impression d'être anormale ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Comment gérer l'impression d'être anormale ?

Message  Falco le Mar 20 Juil - 7:47

Tout est dans le titre. Quand on prend conscience du PO et de ses problèmes et que l'on fait des recherches sur le sujet, on se heurte fatalement à d'autres types de problèmes qui risquent d'arriver plus vite que le PO. En vrac : la disparition des abeilles, l'agriculture traditionnelle qui va se casser la figure, le réchauffement climatique, la surpopulation, la fin de notre système capitaliste... j'en oublie sûrement. Il est alors normal de chercher des solutions et d'en discuter autour de soi. La première constatation est que tout le monde s'en fout royalement et la deuxième est qu'il existe quand même des solutions, si toutefois tout le monde voulait bien s'y mettre d'urgence.

Cela dit, j'ai envie de bouger, d'être maître de mon destin si c'est encore possible mais j'ai l'impression de faire partie des rares personnes éveillées dans ce monde de somnambules. Dans le monde de tous les jours, il faut continuer à travailler, à cotoyer les mêmes gens, à faire partie de la "normalité". C'est là que le monde dit "normal" cherche à vous ramener dans le rang. J'ai vraiment l'impression pour l'instant, d'être anormale par rapport aux autres. Je me dis que je deviens parano, que les solutions que je recherche pour devenir +- autonome sont illusoires. J'ai un pied dans ce monde que je veux quitter et un autre dans celui que je veux créer. Parfois, j'ai l'impression de me tromper sur toute la ligne et que, contaminée par les gens qui m'entourent, oui, la recherche scientifique aura la solution alors que j'ai la conviction que non.

Mes idées sont plutôt claires et bien arrêtées, mais il est dur de lutter contre le monde extérieur. C'est surtout le sentiment de solitude qui prédomine. Seule contre tous. Comment vous qui vivez cela depuis des années, arrivez-vous à gérer cela ? Je présumme que chacun d'entre vous est passé par là et qu'il a réussi à surmonter ce sentiment.

Hier, discussion avec une cliente spécialisée en coaching de vie et thérapeute sur base des 3 C (une méthode qu'elle a créée : coeur, corps, conscience). Nous n'étions pas du tout sur la même longueur d'onde et je dirais même que nos opinions sont inconsciliables. Ce que j'en ai retenu en résumé, c'est qu'il faut vivre l'instant présent, que l'avenir est "quelque chose" que nous ne connaissons pas et que de toute manière en cas de problème, la terre a la capacité de se régénérer comme elle a toujours fait. Elle ne voulait même pas entendre parler du site "Oléocène" ou pourtant, tout est expliqué en long et en large. En cas de catastrophe, sa vision des choses est qu'à ce moment là, elle prendra ses responsabilités. Ma position est que le présent sert à préparer l'avenir. Si l'on sait que des problèmes vont arriver, alors autant profiter de l'instant présent pour se prémunir du mieux que l'on peut. Suis-je donc dans l'erreur ?
avatar
Falco

Messages : 10
Date d'inscription : 04/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment gérer l'impression d'être anormale ?

Message  alter egaux le Mar 20 Juil - 8:37

Falco a écrit:Cela dit, j'ai envie de bouger, d'être maître de mon destin si c'est encore possible mais j'ai l'impression de faire partie des rares personnes éveillées dans ce monde de somnambules.
En effet, la plupart des gens sont dans le système, et ne sortent pas le bec de l'eau. Cependant, en créant des liens physiques (sur oleocene, sur des forum alternatifs à oleocene), j'ai rencontré du monde. Pas mal de décroissants, quelques survivalistes, etc...
Bref, je me suis aperçu qu'il y avait du monde qui pensait aussi qu'on allait dans le mur.
En militant aussi, pour les verts, Bové, ATTAC, et en créant une amap, je me suis aussi aperçu que sur le local, beaucoup de gens pensaient aussi comme moi, avec des nuances, mais finalement pas de différences fondamentales.

Et je me suis donc aperçu que je n'étais pas seul, mais que le système néolibéral où l'individualisme forcené est de mise, était là pour nous faire croire que nous étions seuls.
Falco, tu n'es pas seul. Tu as juste du mal pour rencontrer ceux qui pensent que le système est out. Et le système est là pour te faire croire qu'ils ne sont pas dans ton quartier.

Il faut donc se bouger, rencontrer, créer des liens, lancer des projets communs, se connecter et être à l'écoute des gens qui cherchent aussi à dépasser ce système.
Car en échangeant, tu précises les contours de ton destin. Mes projets personnels ont muri par le regard des autres. J'ai même compris parfois ce que j'avais fait d'instinct, lorsque l'autre jugeait mon projet. En argumentant, j'ai mis les mots qui mettaient une cohérence sur mon projet.

Mais en gros, ma posture, elle est donc la suivante : je profite de l'abondance d'opportunité pour me préparer, en confrontant mes projets à la critique des autres (décroissants, survivalistes, anciens, etc...).
Mais le meilleur projet est celui dont tu vas profiter si rien ne se passe (sauf dans 50 ans).

Par exemple, j'ai reconstruit à plusieurs une ruine (plan B). J'y ai passé du temps, certes. Mais j'ai appris sur moi même, et sur les autres. J'ai aussi appris des métiers qui me paraissaient inaccessibles. Repousser mes limites. Bref, j'ai beaucoup murir. La cohérence du projet est arrivé plus tard, ayant découvert oleocene après le début du projet. Maintenant, tout en poursuivant les travaux, le lieu est paradisiaque. De fait, je profite du lieu, même si cela est partiel sur une année.
Cependant, la différence entre le lieu paradisiaque étant grande, entre mon plan A et B, j'ai été obligé de changer de plan A pour un lieu approchant le plan B. Bref, le plan A est devenu lui aussi paradisiaque.
Le projet du départ a donc transformé ma vie, donnant une cohérence structurante à tous mes projets qui tendent vers une augmentation de mon autonomie, alimentaire, en transport, en liberté, en plénitude.

Les problèmes vont arriver, c'est certain. Avec des degrés de liberté cependant.
Le but n'est pas de griller sa vie en voyage, pour regarder les civilisations mourir et d'avoir aussi un regard complice, mais de faire quelque chose de ta vie. Et le local est plus riche en rencontre qu'il n'y parait.

Nous avons donc décider de ne plus faire de voyage par avion, sauf opportunité spécifique (un ou une amie). Et de mettre l'argent ainsi économisé dans des projet structurants. Mais après plusieurs années, mes projets ont sécurité mon intellect et augmenté mon autonomie.
Finalement, la décroissance, c'est aussi utiliser l'argent disponible pour effectuer la transition énergétique de sa famille, de ses rencontres, de ses amis. Et de créer. L'argent n'est pas mal, c'est ce qu'on en fait qui peut l'être.
Pour éviter l'effet rebond : la décroissance entraine des gains financiers (économie d'énergie par exemple). Si cette économie est transformée en des écrans plats et voyage en avion, l'effet rebond est totalement négatif.
Par contre, reconstruire un corps de ferme, isoler sa maison, changer d'énergie (gaz -> poêle granule et bois), isoler ses fenêtres (volet, rideaux, double ou triple vitrage), cela a un effet d'avalanche. Un cycle vertueux. Et communicatif. Je parle maintenant toujours de mes idées de transition aux autres. Cela donner des idées aux autres, et leur fait voir leur erreur. Un copain qui vient de changer sa chaudière gaz en une neuve s'aperçoit ainsi de son erreur, de lui même. Mais il a aussi muri ainsi pour changer sa cheminée un installer un super poêle. Je ne juge pas son erreur, je juge sa capacité de se changer lui même, et donc de murir son projet. De plus, son jardin est superbe. Il apprend de ses erreurs mais il m'apprend de ses atouts.

Bilan : il faut suivre ses instincts. Etre à l'écoute des autres. Juger le comportement des autres, mais de façon positive : "tu vois, je vais faire cela. Qu'en penses tu ? Et toi, qu'à tu fais ? Ok, tu as fait cela, mais tu va aussi faire ceci. Et la prochaine fois, tu feras encore mieux."
Et reconnaitre ses erreurs, ses impasses. Et puis se projeter, pour s'il le faut, sortir des impasses.
Il n'y a pas de honte de s'apercevoir que l'on est entré dans une voie sans issue. Cela arrive à tout le monde. Par contre, cela devient problématique si on s'y obstine. Il suffit de se poser 2 minutes, et de se retourner. De regarder le chemin parcouru, et de sortir de l'impasse. Quitte à demander son chemin. Les autres ont toujours un conseil à donner.
Et il faut reconnaitre une chose : 6,7 millliards d'humains sur terre, il serait navrant de se sentir isolé. Pour ne pas dire absurde.

Les gens veulent changer le monde, cela ce voit. ll va donc changer.
avatar
alter egaux

Messages : 609
Date d'inscription : 30/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://transition.xooit.fr/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment gérer l'impression d'être anormale ?

Message  CP3 le Sam 14 Aoû - 22:03

Me concernant , je tente pas de gerer l' impression d' être anormal . Les autres personnes peuvent bien continuer à penser ce qu' elles veulent . C' est à dire croire en la civilisation industrielle , en la machine et au minéral . En effet , ce qui commenca par aveugler le dit eduqué , finissa par aveugler le paysan .
Pour rappel : Il y a encore 200 ans , quasi tout le monde était paysan . les masses jouissaient de la terre , même si il y avait souvent un seigneur pour les contraindres . Cependant , Dans les faits , une bonne partie du peuple ayant la terre bénéficiait donc des moyens de productions , ce qui créa de fait , un important contre-pouvoir au féodalisme . Le peuple jouissait donc d'une forme d' autonomie qui est une des premières conditions fondamentales pour la liberté ( est-ce vraiment le cas aujourd' hui ?) .
Egalement , la machine n' existant quasiment pas , cela avait donc pour conséquence de faire dependre le travail ( au moins potentielement ) du bon vouloir de chacuns .Et non de quelques uns , car , contrairement à aujourd' hui ,du fait de l' absence de machine , la possibilité de concentrer le travail dans les mains d' un petit nombe d' individus , n' existait pas .
Puis voilà que le formidable siecle arriva . Les premiers machines à vapeur apparaissaient . Ces machines impressionantes , pour l' epoque , ne laissaient pas indifférent . de 7 à 77 ans , tout le monde était impressioné .
Peu à peu , le pouvoir passa des champs à l' industrie . En effet , de plus en plus de Paysans ( entre autre flatté par le sentiment de puissance que peut donner la machine ) partirent des campagnes , ce qui créa de grandes villes . Ce ne sont pas que les capitalistes qui sont responsables . Au début ( et encore aujourd' hui ) de nombreux anciens paysans adulèrent leur nouvelles formes de vie , et finirent par sacrifier , sans forcement s' en rendre compte , une grande partie de leur liberté au confort .

Egalement ,l' Adulation de la machine , et de la mécanique crée un rejet de l' humain .








CP3

Messages : 12
Date d'inscription : 14/08/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment gérer l'impression d'être anormale ?

Message  Nidu Obacac le Jeu 19 Aoû - 13:39

Falco a écrit:
Mes idées sont plutôt claires et bien arrêtées,

Bonjour Falco, en es-tu si sûr(e) ?

Falco a écrit:
mais il est dur de lutter contre le monde extérieur.
Qu´est-ce que tu veux dire par là ?

Falco a écrit:
C'est surtout le sentiment de solitude qui prédomine. Seule contre tous.
Alors tu as plutôt l´air de lutter plutôt contre toi-même, non ?


Falco a écrit:
Comment vous qui vivez cela depuis des années, arrivez-vous à gérer cela ? Je présumme que chacun d'entre vous est passé par là et qu'il a réussi à surmonter ce sentiment.
Bof, je me suis toujours senti seul, pas besoin de PO pour en être conscient, mais ce n´est pas un problème en soi.

Falco a écrit:
Hier, discussion avec une cliente spécialisée en coaching de vie et thérapeute sur base des 3 C (une méthode qu'elle a créée : coeur, corps, conscience). Nous n'étions pas du tout sur la même longueur d'onde et je dirais même que nos opinions sont inconsciliables.
Tout arrive.

Falco a écrit:
Ce que j'en ai retenu en résumé, c'est qu'il faut vivre l'instant présent, que l'avenir est "quelque chose" que nous ne connaissons pas et que de toute manière en cas de problème, la terre a la capacité de se régénérer comme elle a toujours fait.
Elle n´a pas forcément tort, si tant est que le terme "régénérer" ait un sens.

Falco a écrit:
Elle ne voulait même pas entendre parler du site "Oléocène" ou pourtant, tout est expliqué en long et en large. En cas de catastrophe, sa vision des choses est qu'à ce moment là, elle prendra ses responsabilités.
quelles sont-elles ?

Falco a écrit:
Ma position est que le présent sert à préparer l'avenir. Si l'on sait que des problèmes vont arriver, alors autant profiter de l'instant présent pour se prémunir du mieux que l'on peut. Suis-je donc dans l'erreur ?
te trouves-tu dans l´erreur ? si oui, change de comportement, sinon, continue.

Good luck Smile

Nidu Obacac

Messages : 5
Date d'inscription : 19/08/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment gérer l'impression d'être anormale ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum