Le miel et les abeilles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le miel et les abeilles

Message  Roland le Mer 19 Mai - 9:15

Hier soir, le doc d'Arte sur la disparition des abeilles valait le détour : une belle description des délires productivistes qui saccagent l'environnement.

http://pensees.blogs.nouvelobs.com/archive/2010/05/18/ce-soir-sur-arte-le-mystere-de-la-disparition-des-abeilles.html

Téléchargeable pendant une semaine (avec arte +7 recorder, sous Ubuntu !).
avatar
Roland

Messages : 301
Date d'inscription : 10/05/2010
Localisation : Rennes, 35

Voir le profil de l'utilisateur http://jargonf.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le miel et les abeilles

Message  pragma tic le Sam 22 Mai - 8:56

Bonjour,

Intéressant la mise en parallèle du productivisme exacerbé de la noix californienne avec la statégie la plus naturelle possible évoquée en Ecosse.
Pour en comprendre les enjeux, il suffit d'étudier les densités de population respectives.
A cette heure, j'incline à croire que l'avenir est plus probablement du coté écossais.
Espérons que je me trompe ...

pragma tic

Messages : 55
Date d'inscription : 10/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le miel et les abeilles

Message  kercoz le Sam 22 Mai - 9:37

Je reprends une idée dont j'ai oublié l'auteur : La théorie de l'abeille pour opposer au système économique .
L'Economie prendra pour la "filière" abeille , le miel comme production monétaire , les ruches en couts ainsi que les maladie et ricanera sur la nourriture gratos du bétail ...........sans s'apercevoir que la production principale de l'abeillle n'est pas le miel , mais son "travail" contributif indispensable a la pollénisation des 2/3 des gfruits et légumes que nous mangeons ......
C'est l'illustration caricaturée des méfaits des gains de productivité et du passage d'un système parcellisé a un système globalisant : les dégats causés par un centralisme ..'économie d'échelle" ..sont toujours superieurs aux gains immédiats.
Ca semble etre une règle liée au concept d'entropie.

kercoz

Messages : 965
Date d'inscription : 24/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le miel et les abeilles

Message  Roland le Sam 22 Mai - 20:48

kercoz a écrit:C'est l'illustration caricaturée des méfaits des gains de productivité et du passage d'un système parcellisé a un système globalisant : les dégats causés par un centralisme ..'économie d'échelle" ..sont toujours superieurs aux gains immédiats.
Ca semble etre une règle liée au concept d'entropie.

En te centrant trop sur le centralisme (sic), tu finis par inverser les choses. C'est plutôt la disjonction réductrice qui pose un problème, en cherchant ici à utiliser les espèces, individuellement, hors de leur écosystème. Cela revient à oublier que le tout est supérieur à la somme de ses parties, c'est-à-dire que les interactions des abeilles avec leur environnement sont plus importantes que les abeilles elles-mêmes et au-delà, que l'ensemble des interactions des abeilles avec leur environnement est plus importante qu'une intéractions en particulier (la pollinisation seule). L'agro-industrie s'est arrêtée en cours de route (oublier le miel pour polliniser uniquement, mais sans penser que cela allait plus loin, c'est-à-dire jusqu'au fonctionnement de l'écosystème dans sa totalité).

Tu peux appliquer cela directement aux hommes : quelle est la valeur d'un comportement (interaction) visant à valoriser sa "face" si le mécanisme est élucidé ? La réponse se trouve en filigrane dans les termes "frime", "petit branleur", "Rolex", etc. (Je sais que dans cette phrase je vais beaucoup trop vite mais je suis fatigué ce soir, désolé).
avatar
Roland

Messages : 301
Date d'inscription : 10/05/2010
Localisation : Rennes, 35

Voir le profil de l'utilisateur http://jargonf.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le miel et les abeilles

Message  kercoz le Dim 30 Mai - 9:33

@Youp: Désolé je n'avais pas vu ta réponse . (il semble que le "new" ne se surligne pas systématiquement ....ou je m'en sers mal ..me faut regarder les dates )

////////////C'est plutôt la disjonction réductrice qui pose un problème, en cherchant ici à utiliser les espèces, individuellement, hors de leur écosystème. Cela revient à oublier que le tout est supérieur à la somme de ses parties, ////////////

C'est tres vrai....
///
En te centrant trop sur le centralisme (sic), tu finis par inverser les choses.////

Je prend un autre intrant majeur du système abeille , en focalisant sur la polénisation et en occulte des milliers d'autres ...bien sur , mais c'est pour mieux montrer le phenomène de linéarisation. La polénisation peut etre comprise comme "essentielle" , meme supérieure a la production du miel , ds l'economie du système "abeille" . En modélisant ainsi , je centralise aussi car je laisse supposer que l'élevage de ruches ds le but de poléniser des orangers apres des milliers de KM est fiable .
Il est évident que des tas d'intrants locaux liés aux interractions spécifiques et interspecifiques imposent une percellisation du système pour qu'il conserve sa stabilité .
L'ex de la pollénisation /versus production miel référé a l'economie est qd meme un exemple marquant de la perversité d'une simplification linéaire d'un système complexe .

/////////////:
Tu peux appliquer cela directement aux hommes : quelle est la valeur d'un comportement (interaction) visant à valoriser sa "face" si le mécanisme est élucidé ? //////////////:
Là tu vas tres loin ! démythifier le comportement (surtout le sien) permet l'accès a une certaine "vérité" , mais c'est aussi "désenchanter" son monde , sa vie ...(on risque des problèmes d'érection!). "heureux les simples d'esprit !". sortir de la taverne a Platon .....c'est preferer le savoir à l'avoir ...le dernier a la lumier , plutot que le premier des aveugles ...
C'est pet etre la raison des process religieux , mysthiques , esomachin et tout ça : Donner des raisons cachées a des trucs peu logiques mais essentiels pour la survie du groupe (civilisation) et de l'espèce (instinct) ...
La force des RITES est peu perçue , puisqu'ils sont en partie inconscients .
Il semble que naissent des rites récents conjoncturels . Essaie de jeter un papier a terre de façon ostensible , ou par la fenetre de la voiture ! tu verras la réaction de tes voisins ...tres dur a faire d'ailleurs....J'ai deja parlé del'exercice qui consiste en rando montagne bodochon ...de ne pas répondre aux saluts de ts ces cons qui ne te donneront jamais un euro si tu fais la manche .....tres tres dur ...on trouve tjdesescuses pour repousser l'experience ... il est vieux , elle a de beaux nibars... il a un vrai baton , pas des trucs a ski decathl. ....
Ca remets en lumiere l'experience de DIOGENE qui se masturbait en public !.... Pas du tout e que croient la pluspart ... Pour faire ça , faut etre soit Fou soit SAge ! controler son corps pour pouvoir sortir des rites majeurs c'est montrer qu'on ne dépend plus du groupe , qu'on rompt le pacte "Protection contre liberté" .

kercoz

Messages : 965
Date d'inscription : 24/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le miel et les abeilles

Message  moinsdewatt le Dim 1 Aoû - 10:15

Un programme sans précédent pour élucider la surmortalité des abeilles

LEMONDE | 31.07.10

Quelle est la cause de la surmortalité des abeilles sauvages et domestiques qui, partout dans le monde, menacent la biodiversité et la sécurité alimentaire de l'humanité ? Pour répondre à cette question, les autorités anglaises et écossaises viennent de lancer un programme d'une envergure sans précédent.

Rassemblés sous l'intitulé "Initiative pour les insectes pollinisateurs", neuf projets de recherche, qui bénéficieront d'un financement de 12 millions d'euros sur trois ans, tenteront d'apporter des réponses. "L'enjeu est à la fois de protéger la biodiversité - de nombreuses espèces sauvages dépendant de la pollinisation -, et les cultures alimentaires, en particulier les fruits et légumes, explique Andrew Watkinson, directeur du partenariat Living with Environmental Change, qui chapeaute les recherches menées par les gouvernements du Royaume-Uni. On voit déjà les conséquences du manque de pollinisateurs en Angleterre : les producteurs de pommes doivent ainsi importer des abeilles."

Un tiers de l'alimentation mondiale dépend de la pollinisation par les insectes. Le programme a été suscité par les parlementaires britanniques, alertés par des apiculteurs. Il est financé par des fonds publics et le Welcome Trust, une fondation privée.

IMPACT DES PESTICIDES

Pour expliquer cette surmortalité, la communauté scientifique parle aujourd'hui de causes "multifactorielles", et d'interactions possibles entre les divers facteurs : maladies, parasites, exposition aux pesticides, raréfaction de la nourriture des insectes due à l'uniformisation des cultures, appauvrissement génétique des reines... Les programmes lancés en Grande-Bretagne exploreront ces diverses pistes : rôle du parasite Varroa destructor - surnommé le "vampire de l'abeille" - dans la propagation des virus, impact des modifications du paysage et des changements dans l'environnement, fonctionnement des abeilles en ville...

L'un d'eux, dirigé par le neurologue Christopher Connolly, de l'université de Dundee (Ecosse), sera consacré aux incidences des pesticides. "Ils affectent les connexions neuronales des insectes, explique M. Connolly. A haute dose, ils entraînent la mort, mais l'exposition chronique à de faibles doses peut aussi provoquer des changements plus ténus, comme la perte du sens de l'orientation, la diminution de la capacité d'apprendre et de communiquer." Jusqu'à présent, de tels impacts ont été mis en évidence en laboratoire, mais jamais en conditions réelles, en plein champ. L'équipe du professeur Connolly travaillera sur les deux plans.

Elle tentera de mettre en évidence les effets d'un ou de plusieurs pesticides sur l'activité cérébrale des abeilles au niveau cellulaire. "Nous nous focaliserons sur l'impact combiné de plusieurs pesticides, poursuit M. Connolly. Ils peuvent ne pas avoir d'effets isolément, mais être délétères quand ils agissent en synergie." Les pesticides de traitement des cultures, mais aussi ceux qui sont utilisés par les apiculteurs pour éradiquer les parasites dans les ruches, seront testés. L'évolution des capacités d'apprentissage d'abeilles exposées à des produits chimiques sera également évaluée en laboratoire.

Enfin, volet le plus spectaculaire de la recherche, les abeilles de trois ruches en plein champ seront équipées de puce de radio-identification (RFID), qui permettront de suivre la trace de chaque insecte. Il s'agit de résoudre l'une des difficultés majeures dans l'identification des causes de surmortalité : dans de nombreux cas, les abeilles ne meurent pas près de la ruche, mais disparaissent. Les insectes seront également régulièrement pesés, afin de déterminer s'ils ramènent la même quantité de nourriture que dans des ruches témoins. Quelque 16 000 abeilles au total seront équipées de puce RFID.

Ce programme, mené en collaboration avec des apiculteurs écossais, doit durer trois ans.


http://www.lemonde.fr/planete/article/2010/07/31/un-programme-sans-precedent-pour-elucider-la-surmortalite-des-abeilles_1394382_3244.html

moinsdewatt

Messages : 92
Date d'inscription : 26/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le miel et les abeilles

Message  moinsdewatt le Ven 8 Oct - 16:30

La disparition des abeilles aux États-Unis partiellement élucidée.

Des chercheurs affirment avoir trouvé les coupables de la pathologie appelée CCD.


Les abeilles domestiques se portent toujours aussi mal aux États-Unis et dans le monde. Une nouvelle pathologie est apparue là-bas en 2006: le syndrome d'effondrement des colonies ou CCD (colony collapse disorder). Les symptômes sont caractéristiques: les ouvrières chargées de collecter le nectar et le pollen sur les fleurs ne reviennent pas et il n'y a pratiquement pas d'abeilles mortes ou à l'intérieur de la ruche. En dépit des financements importants alloués aux recherches, le CCD reste un mystère. Une étude publiée jeudi affirme toutefois que le phénomène pourrait s'expliquer par l'association d'un virus et d'un champignon (Plos One, en ligne).

L'équipe est pilotée par Jeremy Bromenschek, un chercheur qui a longtemps travaillé avec l'armée américaine pour apprendre aux abeilles à détecter les explosifs. La démarche est simple. Recenser d'abord les protéines présentes à l'intérieur des corps des abeilles mortes de CCD à l'aide d'un spectromètre de masse. Rechercher ensuite à quels micro-organismes ces éléments appartiennent en utilisant une banque de données de l'armée américaine répertoriant toutes les caractéristiques génétiques d'une énorme quantité de virus, bactéries et champignons. «C'est le même procédé que Google, on rentre un mot et on trouve ensuite tous les sites où ce dernier est employé», explique Michael DuBow, professeur à l'université Paris-Sud. Les chercheurs ont pu ainsi identifier près de 3.000 peptides appartenant à pas moins de 900 espèces différentes de micro-organismes.


Une quarantaine de causes possibles

À partir de là, ils se sont intéressés à tous les parasites pathogènes des abeilles, en éliminant tous ceux qui ne se retrouvaient pas dans tous les échantillons. Au bout du compte, ils ont trouvé deux suspects: un virus appartenant à la famille des Iridoviridae et un champignon microscopique unicellulaire Nosema ceranae, déjà montré du doigt par certains chercheurs comme un des principaux pathogènes des colonies en Europe. Après avoir contaminé des abeilles en laboratoire avec ces deux pathogènes, ils ont constaté des taux de mortalité de 100%. «Cela ouvre beaucoup de pistes», estime Michael DuBow.

C'est donc l'association du virus et du champignon qui pourrait être à l'origine du CCD. «Pourquoi pas, admet Yves Le Conte, de l'Inra. C'est peut-être un pas en avant pour le CCD, mais ça n'explique pas tout. D'une part, cette pathologie n'est à l'origine que d'un tiers des mortalités constatées chez les abeilles américaines. D'autre part, on ne sait pas pourquoi les abeilles ont attrapé ces deux parasites. C'est peut-être un pesticide qui a déclenché une baisse d'immunité…»

Un avis partagé par Bernard Vaissière, de l'Inra. «Est-ce que l'association du virus et du champignon est la cause ou la conséquence de la maladie? On n'en sait rien. Il nous manque le scénario. En Europe de l'Ouest, on se focalise en ce moment sur Nosema ceranae qui serait à l'origine de tous les problèmes sanitaires. Or, une étude publiée en ligne dans Apidologie, montre que ce champignon est présent dans les ruches dans les Balkans sans que les abeilles en pâtissent.» En 2009, un rapport de l'Afssa dénombrait une quarantaine de causes possibles à l'origine des mortalités et des affaiblissements de colonies d'abeilles.



Article du Figaro du 08 Oct 2010

moinsdewatt

Messages : 92
Date d'inscription : 26/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le miel et les abeilles

Message  Roland le Mar 12 Oct - 18:44

[quote="moinsdewatt"]
La disparition des abeilles aux États-Unis partiellement élucidée.

Des chercheurs affirment avoir trouvé les coupables de la pathologie appelée CCD.


D'une façon générale, de nos jours, il ne faut strictement jamais faire confiance à un scientifique :
http://www.commondreams.org/headline/2010/10/10-1

Ici, le seul intérêt semble bien être de permettre à Bayer de balancer de nouveaux produits chimiques dans la nature...
avatar
Roland

Messages : 301
Date d'inscription : 10/05/2010
Localisation : Rennes, 35

Voir le profil de l'utilisateur http://jargonf.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le miel et les abeilles

Message  moinsdewatt le Mar 12 Oct - 20:18

In recent years Bromenshenk has received a significant research grant from Bayer to study bee pollination. Indeed, before receiving the Bayer funding, Bromenshenk was lined up on the opposite side: He had signed on to serve as an expert witness for beekeepers who brought a class-action lawsuit against Bayer in 2003. He then dropped out and received the grant.

Damned ! Je me suis fais blouser par l' article ou l' auteur est en magnifique exemple de conflit d' interét.

Bon, heureusement ca a été démasqué rapidement.

Faut dire que c' est tellement classique comme méthode. No

Il y en a des exemples (pleins) dans le livre de Fabrice Nicolino "Pesticides, Révelations sur un scandale Français" que j' ai lu.


moinsdewatt

Messages : 92
Date d'inscription : 26/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le miel et les abeilles

Message  moinsdewatt le Lun 1 Nov - 10:35

Promenade dans le Paris des ruches
31.10.10 LeMonde

Des photos ici : http://www.lemonde.fr/societe/infographe/2010/10/31/promenade-dans-le-paris-des-ruches_1428912_3224.html

moinsdewatt

Messages : 92
Date d'inscription : 26/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le miel et les abeilles

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum