La colère monte à Dakar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La colère monte à Dakar

Message  yvesTr75 le Ven 8 Oct - 16:30



La colère monte à Dakar

Les coupures d’électricité à répétition exaspèrent les populations au Sénégal. A tel point que le président Abdoulaye Wade a « limogé » le 4 octobre 2010, Samuel Sarr, le ministre de l’énergie.

Désormais c’est son fils, Karim Wade déjà ministre de la coopération internationale, des transports aériens et des infrastructures qui sera en charge de ce dossier. Est ce que cette nomination sera de nature à calmer les populations ?

Rien n’est moins sûr si l’on en croit la presse sénégalaise. A l’instar du quotidien dakarois Kotch, elle s’inquiète du mécontentement croissant dans les quartiers populaires de la capitale sénégalaise.

Il est minuit, monsieur le Président !

On raconte que Louis XVI, un mordu du bricolage, réparait
tranquillement des serrures alors que la révolution grondait aux
portes de Paris. Comme chacun le sait, cette insouciance coupable
finit par faire perdre sa tête au souverain français. Au propre comme
au figuré. Honni soit qui mal y pense et loin de nous l’idée de faire
un rapprochement avec le suprême archonte qui nous gouverne. Mais
certains faits survenus ces derniers jours, de manière presque
concomitante, devraient sérieusement alerter un chef de l’Etat qui
aime s’écouter parler dans les assemblées alors qu’il y a le feu au lac. Le
président de la République soliloque de la «Grande muraille verte»
alors que Guédiawaye [banlieue populaire] n’en peut plus des coupures d’électricité et il
pérore à propos de ses distinctions reçues à l’étranger alors que
Diack Sao [banlieue populaire] est sous les eaux. A Madina Gounass, l’une des banlieues les plus défavorisées du pays, transformée à chaque inondation en un capharnaüm indescriptible, les populations se sont révoltées contre le projet du gouvernement de les délocaliser à Sangalkam. Et pour manifester leur courroux, elles n’ont rien trouvé de mieux que de saccager leur mairie.

A Soumbédioune, pour venger la mort d’un jeune pêcheur abattu par des garde-côte, des populations en furie ont tout dévasté sur leur passage, manquant de peu de lyncher le président du Sénat venu s’enquérir de la situation. Dans les deux cas, ces comportements sont inacceptables et condamnables en ce sens que ce sont des actes de sédition à l’égard des pouvoirs publics. Mais ces émeutes urbaines traduisent surtout l’exaspération des populations face aux dérives d’un régime autiste, à bout de souffle et au manque d’imagination criant qui se complaît dans des combinazione à la petite semaine au lieu de prendre à bras-le-corps l’immense demande sociale devenue une bombe à retardement.

Si les populations de Soumbédioune n’ont pas hésité à menacer de brûler vif l’homme censé assurer l’intérim du chef de l’Etat en cas de vacance du pouvoir, c’est qu’entre les autorités et leur mandants, on a atteint un pic dans la défiance.

Pouvait-il en est autrement, quand on renvoie à la société l’image catastrophique d’une République de la bamboula où les milliards se volatilisent comme dans un Triangle des Bermudes ?

Il est minuit, monsieur le Président ! Il faut agir vite pour que le pays ne
se consume pas. Comme les copies d’épreuves du bac cramées par la
bougie de ce professeur de Sédhiou assoupi dans une pièce plongée dans l’obscurité par la Senelec…[régie d’électricité sénégalaise]

Barka BA



Commentaires :
1.

Pourquoi l’électricité doit être considérée comme un service et un outil éternel? En 2100 les cabinets d’ingénieurs qui étudient la descente énergétique estiment que seulement le 5% de la population mondiale aura la possibilité d’utiliser de l’électricité… Donc, la colère au Sénégal pour le manque de électricité, ça me fait réfléchir mais bon.

http://dakarparis.blog.lemonde.fr/2010/10/08/la-colere-monte-a-dakar/

yvesTr75
Admin

Messages : 141
Date d'inscription : 24/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://forum.tribune-pic-petrolier.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: La colère monte à Dakar

Message  Pierre M. Boriliens le Ven 8 Oct - 20:50

L'exemple du prof et le commentaire.
Je ne sais pas comment ça se passe au Sénégal, mais 2 remarques s'imposent. D'abord le Sénégal n'est pas très loin de l'équateur, c'est-à-dire qu'en gros les journées et les nuits font à peu près toujours 12 heures. Ensuite, le prof, avec ses copies de bac, a certainement des délais stricts à respecter. Et s'il bosse la journée (j'ai déjà lu que les gens pouvaient avoir 2 boulots pour vivre), il faut bien qu'il corrige, en tout ou partie, la nuit.
Le commentaire qui semble suggérer qu'on devrait pouvoir se passer d'électricité, oublie qu'en l'occurrence ça impose une multitude de contraintes contradictoires (au moins 2, et sans doute plus), dont la plus évidente est qu'il est impossible de corriger des copies si l'éclairage ne permet pas de les lire ! Et s'il faut les rendre avant une date précise...

On peut donc certainement se passer en grande partie d'électricité, mais pas en ayant des obligations qui la rendent indispensable !
(même remarque pour la bagnole chez nous, etc.).

Pierre M. Boriliens

Messages : 929
Date d'inscription : 25/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La colère monte à Dakar

Message  yvesT75 le Sam 9 Oct - 18:01

Le commentaire est à mon avis plus écrit dans un esprit "réaliste/fataliste" que "pas besoin d'électricité", quant aux copies de bac on peut sans doute quand même les corriger à la bougie ..

Et sinon un projet de centrale nucléaire au Sénégal apparemment :

http://www.reussirbusiness.com/10437-Le-ministre-Amadou-Tidiane-Ba-sur.html

yvesT75
Admin

Messages : 550
Date d'inscription : 09/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://iiscn.wordpress.com/about/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La colère monte à Dakar

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum