[Rupture] La chute de la classe moyenne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Rupture] La chute de la classe moyenne

Message  alter egaux le Jeu 17 Fév - 10:14

Voilà, je voudrais vous soumettre un débat, car je me pose beaucoup de question sur la chute des classes moyennes.
En fait, cela fait suite au développement de Paul Ariès que j'ai poste aujourd'hui.
Paul Aries chez Taddeï 1/2
Paul Aries chez Taddeï 2/2

Paul annonce que la force du capitalisme (et plus partiellement du communisme productiviste), cela a été d'élever une classe moyenne à un niveau de confort inouï en occident, mais aussi maintenant dans les BRIC. Cet aspect est effectivement intéressant, que j'avais probablement sous-estimé dans l'équation complexe du monde industriel. Car c'est une évidence : cela a été la grande force du capitalisme, le moteur de la société moderne.

Sauf que, depuis les années 90, la classe moyenne et aisée est en train de dévisser (je pense même que c'est depuis le choc pétrolier de 1973, pas qu'importe). Et de dévisser vite, notamment dans les pays anglo saxons, moins égalitaristes que dans les pays latins.

Que cela soit une volonté ou non, c'est un fait : une masse impressionnante de la population dévisse. Je pense que aux USA, Obama aurait pu les "sauver", puisqu'il a réussi à sauver temporairement les banques, alors qu'elles étaient dans un état catastrophique. Mais qu'importe, le gâteau diminue, les riches ne sont pas partageurs, d'autres classes moyennes sont en train de monter un peu partout dans le monde, et ses classes qui ont fait l’âge d'or du capitalisme sont en train de dévisser, dans tous les pays industriels.

C'est d'ailleurs l'argument principal des néolibéraux : il nous faut nous taire, car la classe moyenne émergeante dans les BRIC démontre que tout fonctionne bien, et qu'en gros, c'est nous qui ne sommes pas partageurs. Les salauds, c'est nous. Et pas les riches, qui profitent à mort d'une nouvelle classe moyenne malléable, d'un niveau socialement et écologiquement déplorable. Mais on connait la chanson.

Mon sujet n'est pas ici. Mais sur l'opportunité que constitue la boite de pandore que vient d'ouvrir le capitalisme du XXI eme siècle : en laissant tomber la classe moyenne et aisée en occident, je pense que cette rupture de pacte républicain est la porte ouverte à un changement de logiciel politique.

En effet, nous concevons que notre consommation par habitant est un "non modèle", insupportable dans une planète à bout de souffle (CO2). Nous allons devoir décroitre. C'est un fait physique. Une démographie de 7 milliards d'humains, des ressources non renouvelables qui s'épuisent, et un système économique et social en bout de course, mais toujours lancé à pleine vitesse.

Et en cherchant bien, le choix d'une autre société est réduit : il faut détruire l'économie marchande. Elle ne veut plus de nous, mais nous ne voulons plus d'elle.
Et je pense, dans ce cadre, qu’effectivement, la gratuité des besoins fondamentaux est la porte de sortie, comme le prône Paul Ariès. Un logement sobre, l'eau, un minimum d'énergie (électrique) la nourriture et tous les autres échanges dont un humain a besoin pour vivre (amours, amis, échanges, ...).
Si le système alternatif n'est pas plus sexy que le capitalisme, nous n'y arriverons pas.
Un rationnement volontaire et choisi localement, sur les besoins fondamentaux, nos biens communs.

Car puisque nous allons vers une sobriété radicale, autant qu'elle soit gratuite, et donc sortie du "marché". Cela ne nous empêchera pas de passer du temps dans nos jardins.

Car le risque des quotas dans un monde marchant, c'est une dictature. Et si en plus elle est scientifique, c'est une horreur absolue.
En gros, le fait que le capitalisme lâche sa classe moyenne et aisé est un évènement historique, non seulement car il se met en danger de mort, mais parce que c’est le gros des troupes : les gens cherchent activement une alternative, et elle ne peut qu’émerger, vu que le nombre de déçus monte radicalement.
avatar
alter egaux

Messages : 609
Date d'inscription : 30/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://transition.xooit.fr/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Rupture] La chute de la classe moyenne

Message  batista le Jeu 17 Fév - 10:31

C'est bien tout ça, mais il n'y a pas un mot sur les familles et les personnes pauvres, ceux qui ne sont propriétaires de rien sinon de leur force de travail. La classe moyennée doit tourner le dos aux matériellement riches pour s'allier et se confondre aux classes populaires (sans oublier les étrangers). En système plus ou moins démocratique, c'est l'union d'une majorité qui a le pouvoir.

batista

Messages : 99
Date d'inscription : 26/04/2010
Localisation : La Rochelle (17)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Rupture] La chute de la classe moyenne

Message  alter egaux le Jeu 17 Fév - 10:44

Si : les biens communs, et son débat (leur definition), c'est une remise en cause de la définition de la propriété privée. Associé à la sobriété, c'est donc le partage de la propriété privée.
Le mouvement altermondialiste est parti du mouvement des paysans sans terre en Amérique du Sud.

Un truc aussi : c'est à Cuba, il me semble, qu'ils ont autorisé par décret (ou loi) à cultiver sur des terres non exploitées, pour éviter les famines. Ce type de mesure renvoie à une dynamique de changement de paradigme.
avatar
alter egaux

Messages : 609
Date d'inscription : 30/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://transition.xooit.fr/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Rupture] La chute de la classe moyenne

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum