Projet de "tribune" ou "éditorial" en vue publication le Monde ou autre

Page 2 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Projet de "tribune" ou "éditorial" en vue publication le Monde ou autre

Message  alter le Mer 18 Jan - 20:07

jm a écrit:Comment dire à des gens que leur pouvoir d'achat va baisser? C'est rigoureusement impossible. Aucune dynamique politique n'est possible sur cette idée.

Vous avez peut etre raison.
Pour ma part, je suis persuade que les raisons de la frustration d'un certain nombre de francais qui 1/ ne votent pas ou 2/ votent pour des extremes est liee a la conviction soit que les politiques ne servent a pas grand chose, soit qu'ils sont corrompus/menteurs/etc. Les preoccupations principales ne se limitent pas necessairement au pouvoir d'achat. Le chomage, la precarite et la peur du declassement sont egalement des motivations capitales.
Sans "sugar coating" le message est a mon sens :
1- Moins de pouvoir d'achat, c'est inevitable et on commence a vivre cette realite aujourd'hui
2- Il est possible de rationnaliser les ressources et de reussir la transition. Cela demandera a chacun des sacrifices. Si le but de la societe est d'offrir a chacun une vie digne (maison, nourriture, travail, estime de soi,...) c'est realisable.
3- Ce qui aura ete perdu en luxe, confort ou gadgets sera gagne sur d'autres plan (moins de stress, vie plus lente, etc)

Le slogan "Travailler plus (mais moins stresses) pour gagner moins". Avec l'explication de texte qui va bien, c'est peut etre jouable...?

Le texte de l'editorial doit etre neutre politiquement, et se resumer a lister des faits averes. Et je pense que la liste des signataires est aussi importante (voire plus) que le contenu.
Quand Rocard a parle d'annees de recession a venir, a l'antenne de France Inter, il n'a pas ete entendu, je crois simplement parce qu'il presentait l'affaire sous l'angle politique (juste avant ou apres un commentaire sur Chevenement, et en lien avec une position pro-nucleaire.
Cette affaire n'est quand meme pas complexe a comprendre... j'ose croire qu'un certain nombre de responsables sont "au courant". Apres, il faut les trouver, et les convaincre (ce qui pour le coup n'est peut etre pas une mince affaire!)

alter

Messages : 41
Date d'inscription : 17/01/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet de "tribune" ou "éditorial" en vue publication le Monde ou autre

Message  nemo111 le Mer 18 Jan - 20:40

Je suis pas convaincu que ce soit "travailler plus". Ce sera surtout "travailler autrement" si on veux un tant soit peu sortir de l’ornière actuelle mais ça exige qu'on pose les questions suivantes - travailler pour produire quoi?
- de l'énergie pour quoi faire?
Si c'est pour des 4x4 et des piscines pour un pourcentage de plus en plus réduit de la population, c'est pas la peine de se fatiguer...

nemo111

Messages : 679
Date d'inscription : 21/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet de "tribune" ou "éditorial" en vue publication le Monde ou autre

Message  elax38 le Mer 18 Jan - 22:54


jm dit:
"Alors quoi? Et bien il faut arrêter de se positionner en sauveur du monde. Il faut arrêter d'être des "militants" dont le bilan jusqu'à présent est quasi-nul. Le diagnostique a été fait. C'est bon. Maintenant, il faut laisser les choses s'écrouler...."

Justement non: si on laisse s'écrouler comme ça, c'est la règle du "chacun pour soi" qui va l'emporter parce qu'on va aller vers un chaos. D'ailleurs, notre idée, et c'est bien ma conviction, est qu'il y a des manières +/- intelligentes de faire face aux problèmes, et qu'on voudrait précisément prendre un chemin pas trop douloureux, voire agréable, en tous cas on voudrait bien CHOISIR un peu le futur et pas le subir en laissant le système s'écrouler pour se retrouver avec des ruines.

elax38

Messages : 119
Date d'inscription : 17/01/2012
Localisation : Village 600 hab. d(maison, nature) < 1 m.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet de "tribune" ou "éditorial" en vue publication le Monde ou autre

Message  jm le Jeu 19 Jan - 7:51

Entendons-nous bien: mes propos sont tranchants mais je ne veux pas provoquer inutilement. Je veux faire réfléchir. Cela peut vous aider dans vos propres démarches.

Je ne dis pas qu'il faut rien faire. Au contraire. Mais il faut que l'action soit bien ciblée et pertinente.

Prenons un exemple: je suis président d'une association comme il y en a beaucoup en France dans certaines villes, qui propose des services liés au vélo (location, réparation, recyclage etc...). Nous avons deux salariés issus de la réinsertion. Je suis en contact permanent avec les "politiques". Est-ce que je vais perdre mon temps à convaincre les gens de rouler en vélo? Bien sûr que non! Pourquoi? Parce que mon problème c'est l'élaboration de la connaissance et de l'expertise de "l'entreprise". C'est la mise en place d'un autre type de management. D'une autre façon de gérer la relation capital- employé- direction. C'est loin d'être au point. Quand les gens seront obligés d'abandonner leur voiture, nous serons prêts!

Autre exemple: je suis impliqué dans le photovoltaïque. Je rencontre plein d'agriculteurs. Vous pensez peut-être que je ne sais pas ce que les gens ont dans la caboche? Comment ils réagissent? Votre tribune du monde leur passera au-dessus de la tête. Le problème est horriblement complexe. Il n'y aura pas de solution magique dans les 20 prochaines années. D'ici là...

Je vous épargne la référence à mon livre...

Conclusion: il semble de plus en plus plausible que trois futurs possibles apparaissent:

1) Retour à l'age de pierre.
2) Dictature genre "Big-Brother", version Corée du Nord.
3) Une transformation radicale de la gouvernance, associée à une évolution de la structure de conscience. Laissez-moi vous expliquer ce point précis, parce que c'est là que tout se joue.

Nous sommes arrivés au point de jonction entre deux paliers: un groupe significatif de personnes est arrivé au point où, ayant tous les acquis du niveau "orange" (lumières - science- esprit critique etc) se trouve en plein "vert", c'est à dire réalise les limites du niveau "orange" (oppression capitaliste - faillite des idéologies - pollution - crise des ressources). Petit problème: on ne sait pas quoi faire après. En plus de ça, on a du mal à trouver une discipline collective, à agir ensemble, car le niveau vert se caractérise par un rejet épidermique de "l'ordre" et de "l'autorité", tous deux associés aux "ages des ténèbres". Les écologistes en sont une caricature. Donc, dès le départ, le niveau "vert" est incapable pour toujours d'agir effectivement dans la réalité. C'est tragique d'une certaine façon.

La clé du problème se situe au niveau d'un passage à un deuxième palier. En quoi consiste-t-il? C'est assez simple. Au premier palier, les différentes couches sont impérialistes. Elles pensent avoir le monopole de la vérité. Au deuxième palier on réalise que la conscience humaine est en évolution et que chacun des niveaux est nécessaire. En d'autres termes, on "intègre".

Ce qui pourrait débloquer le problème c'est le fait d'avoir une gouvernance qui opère à ce niveau-là. Actuellement, la gouvernance est "orange", de plus en plus teintée par le "vert". Mais sans plus. Donc on est encore loin du compte!

La seule chose qui peut faire avancer les choses, c'est l'accélération de ce processus. Tout le reste, en particulier tout ce qui enferme la gouvernance encore plus dans "l'orange" (espoir dans une solution technologique par exemple) est contre-productif.

Ecrire une tribune dans le Monde est au mieux du niveau "vert", ce qui est déjà pas mal après tout, mais largement insuffisant. Il y a d'autres façons d'agir qui sont mille fois plus efficaces. J'ai donné quelques exemples ci-dessus.
avatar
jm

Messages : 21
Date d'inscription : 05/01/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://www.institut-de-la-conscience-integrale.org

Revenir en haut Aller en bas

Déf. Objectif du projet

Message  elax38 le Jeu 19 Jan - 8:13

Bonjour,

Merci à jm dont je rejoins le point de vue. Avant de lire son message, j'avais écrit ceci:

1ère définition de l’objectif du projet :

Faire passer un message fort qui mette au moins en évidence le lien entre la « fin du pétrole abondant et pas cher » et notre futur économique.

Cette définition doit être débattue et complétée : à mon avis, elle suppose que nous trouvions quelque chose de différenciant, puisqu’on part du constat que même les messages évidents ne passent pas.

A lire vos avis

elax38

Messages : 119
Date d'inscription : 17/01/2012
Localisation : Village 600 hab. d(maison, nature) < 1 m.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet de "tribune" ou "éditorial" en vue publication le Monde ou autre

Message  yvesT75 le Jeu 19 Jan - 12:16

nemo111 a écrit:Je suis pas convaincu que ce soit "travailler plus". Ce sera surtout "travailler autrement" si on veux un tant soit peu sortir de l’ornière actuelle mais ça exige qu'on pose les questions suivantes - travailler pour produire quoi?
- de l'énergie pour quoi faire?
Si c'est pour des 4x4 et des piscines pour un pourcentage de plus en plus réduit de la population, c'est pas la peine de se fatiguer...

Oui tout à fait d'accord sur ce point, le "quoi on fait" doit redevenir un aspect essentiel, et dont la définition ne peut uniquement dépendre de "ça se vend bien ou pas"

Sinon vraiment à la bourre côté boulot, mais quelques contacts pris

yvesT75
Admin

Messages : 550
Date d'inscription : 09/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://iiscn.wordpress.com/about/

Revenir en haut Aller en bas

Mon dernier commentaire sur oilman

Message  grand predicateur le Ven 20 Jan - 0:29

L’impasse

Bon je viens de tenter d’expliquer tout ce problème de nos économies basées sur une croissance permise grâce à une énergie abondante et à bon marché ; le pétrole dont s’en est fini.

Ce à quoi on me rétorque « mais t’inquiète, ils auront trouvé autre chose d’ici là »? Je cale un peu là-dessus. J’ai envie de répondre que si c’était le cas, cette source d’énergie aurait déjà été mise en place. Mais peut alors venir des arguments du genre : « les pétroliers ont tout intérêt à ce que le pétrole continue encore pour de nombreuses années et ont donc racheter les divers brevets de sources alternatives. » J’ai donc besoin d’arguments permettant de démontrer que ce n’est pas le cas et que les compagnies pétrolières sont parmi les investisseurs majeurs dans le renouvable (à moins que ça ne soit pas le cas). Car après tout qui ne nous dit pas qu’il existe autre chose qui nous serait caché pour des raisons de gros sous (je reprends des arguments entendus). Les gens s’obstinent à croire que le monde dans lequel ils vivent aujourd’hui sera celui dans lequel ils vivront dans 100 ans et que c’est grâce au progrès qu’on a pu élaboré un tel monde. Quelqu’un ici serait-il en mesure de me casser l’argument selon lequel il existerait d’autres sources d’approvisionnement en énergie nous permettant de continuer à vivre comme aujourd’hui dans nos société industrielles, lesquelles ressources sont cachées par les compagnies pétrolières afin qu’elles réalisent de plus gros bénéfices sur le pétrole.

Merci pour vos réponses

PS : c’est désespérant. J’aimerais que ce projet de texte soit abouti et qu’il permette de casser les arguments allant dans le sens de la pérennité de nos sociétés

grand predicateur

Messages : 15
Date d'inscription : 18/01/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet de "tribune" ou "éditorial" en vue publication le Monde ou autre

Message  jm le Ven 20 Jan - 7:37

Bonjour, avant de répondre à ta question, voici quelque chose qui peut t'aider à comprendre...




Un commercial, comme Sarkozy, fait toujours face à des objections. En général, ce sont toujours les mêmes qui reviennent. Parfois, il y a des surprises. L'objection dont tu parles est un grand classique.

Première observation: l'individu que tu as en face de toi n'est pas de très haut niveau. Donc, il faut s'abaisser. Sinon, il va sentir en état d'infériorité si tu pontifies. D'autant plus que l'argument est étrange, type théorie du complot: "on a déjà des solutions alternatives, ou on va en trouver, mais les pétroliers mettent des battons dans les roues".

Voilà ce que tu peux dire, sur un ton très sérieux et persuasif: "oui, il y a un complot. Sarkozy a même été obligé de renier ses promesses de campagne afin de permettre au lobby du pétrole de garder la main"

C'est n'importe quoi, mais cela lancera un processus introspectif salutaire...
avatar
jm

Messages : 21
Date d'inscription : 05/01/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://www.institut-de-la-conscience-integrale.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet de "tribune" ou "éditorial" en vue publication le Monde ou autre

Message  yvesT75 le Ven 20 Jan - 9:33

A propos de message sur le pétrole, on ne peut pas dire non plus qu'ils n'aient pas eu lieu, résumé "humoristique" pas mal fait ci dessous :

http://www.thedailyshow.com/watch/wed-june-16-2010/an-energy-independent-future

yvesT75
Admin

Messages : 550
Date d'inscription : 09/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://iiscn.wordpress.com/about/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet de "tribune" ou "éditorial" en vue publication le Monde ou autre

Message  nemo111 le Ven 20 Jan - 10:34

Très drôle mais difficile de mettre ça par écris ^^ ou de l'adapter au publique français...

nemo111

Messages : 679
Date d'inscription : 21/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet de "tribune" ou "éditorial" en vue publication le Monde ou autre

Message  pragma tic le Ven 20 Jan - 14:15

Bonjour,
jm a écrit:Voilà ce que tu peux dire, sur un ton très sérieux et persuasif: "oui, il y a un complot. Sarkozy a même été obligé de renier ses promesses de campagne afin de permettre au lobby du pétrole de garder la main"
C'est n'importe quoi, mais cela lancera un processus introspectif salutaire...
Je déconseille.
Même un passionné depuis la pré-adolescence, praticien confirmé en négociation et communication comme moi ne s'engagerait pas sur un terrain aussi miné.
Rappelons-nous : quel est l'objectif ? Si c'est aider autrui en l'informant sur notre perception d'une éventuelle menace, c'est qu'à priori nous ne souhaitons pas de mal à notre interlocuteur, et ne souhaitons certainement pas que notre relation avec lui se détériore.
Où en sommes nous ? Nous avons tenté une sensibilisation à partir d'éléments rationnels, ceux-ci ont été balayés d'un revers argumentaire rationnel mais hypothétique, l'objectif de cet apport par notre interlocuteur semblant être de nous dissuader d'insister.
Faut-il insister, et si oui comment ?
Moi je n'insiste pas. La réaction de notre interlocuteur laisse penser qu'il ne souhaite pas faire face à la menace que j'ai évoquée, j'estime qu'il sait mieux que moi ce qui est bon pour lui, que le meilleur moyen de l'aider éventuellement dans l'avenir est de conserver une bonne relation avec lui, qui lui permettra s'il le souhaite de m'interroger à nouveau sur ce sujet dans l'avenir, s'il le souhaite et le trouve opportun.
Mais vous souhaitez insister. Se pose alors la raison du peu d'intérêt exprimé par votre interlocuteur sur cette question. Si c'est parce que le moment était mal choisi, une seconde tentative du même niveau que la première pourra réussir. Mais si la menace que vous évoquez est de nature à le mettre en difficulté sur un plan ou un autre, plus vous insisterez, à partir d'éléments rationnels, comme il en a été proposés sur le blog de M.Auzanneau, et plus vous essuierez un refus véhément, argumenté de plus en plus grossièrement, et plus la relation avec votre interlocuteur se dégradera. Vous ne ferez alors que lever une résistance psychique, rien de bien méchant.
Mais si vous quittez le champ des arguments rationnels, et tentez d'embrayer sur un des contre argumentaires proposés afin de provoquer un processus introspectif salutaire ... vous ne savez pas ce que vous faites. Vous ne connaissez pas le terrain psychique dans lequel vous vous aventurez. Vous ne savez pas sur quoi vous aboutirez si par hasard, heureusement peu probable, vous faites accéder à la conscience de votre interlocuteur des éléments angoissants qu'il n'est pas en mesure de gérer.
Concrètement, votre tentative a neuf chances sur dix d'être balayée par un argumentaire d'appoint de votre interlocuteur, les défenses psychiques veillent. Vous perdez votre temps, c'est tout.
Il doit exister une petite chance pour que votre tentative amène un progrès de conscience gérable chez votre interlocuteur, qui lui permette de mieux adapter son comportement et qu'il vous en soit reconnaissant à terme.
Mais je vois surtout, dans la chance sur dix qui reste, le risque de faire des dégâts qui peuvent être lourds de conséquences.
Prenons un cas concret. Vous vous adressez à un homme, père de cinq enfants qu'il adore demeurant dans un appartement qu'il loue en ville, avec une femme ingérable qu'il supporte à peu près. Son salaire couvre tout juste le loyer et les charges de la famille, il n'a pas un sous de coté. Vous franchissez avec succès les barrières psychique, et lui faites prendre conscience que la situation économique va se dégrader dans les années qui viennent. Il fait alors le bilan de son impuissance, tente une démarche vers sa femme qui échoue, et démarre une dépression qui lui rend dorénavant sa femme insupportable. Sa vie professionnelle s'en ressent, il se met à souffrir également de son environnement professionnel, d'autant plus qu'il fait dorénavant le lien de toute dégradation qu'il y perçoit avec le contexte que vous lui avez fait découvrir. Il s'enfonce dans la dépression, et se suicide un mois après votre intervention.
Dans ce cas, aussi hypothétique bien sûr qu'un franc succès, vous avez réussi à transformer une menace hypothétique en catastrophe réelle. Pas de quoi être fier.
Abstenez vous de jouer les apprentis sorciers si vous n'êtes pas un professionnel du psychisme. Dans le cas contraire, vous saurez très bien vous abstenir d'intervenir si vous n'y êtes pas invité par votre interlocuteur lui-même.
A l'impossible, nul n'est tenu.
Et on ne fait pas le bonheur des gens malgré eux.

pragma tic

Messages : 55
Date d'inscription : 10/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet de "tribune" ou "éditorial" en vue publication le Monde ou autre

Message  jm le Ven 20 Jan - 16:49

Oui pragma tic, c'est la voix de la raison. Il y a des choses que l'on doit découvrir par soi même. Ceux qui veulent savoir savent où aller.

Le futur, la transformation qui arrive sont des chose de l'ordre du sacré. Ce n'est pas un sujet pour une conversation de bistrot.



avatar
jm

Messages : 21
Date d'inscription : 05/01/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://www.institut-de-la-conscience-integrale.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet de "tribune" ou "éditorial" en vue publication le Monde ou autre

Message  alter le Ven 20 Jan - 17:07

Un argument qui a pu marcher:
Il y a une chose en laquelle on peut avoir confiance dans notre societe, c'est l'envie de chacun de gagner de l'argent. Exemple: malgre le monopole de Microsoft, Google a su mettre en place un systeme qui aujourd'hui est numero un inconteste de la recherche sur le net.
Vu l'enjeu strategique qu'est le petrole, si une "invention miracle" avait vu le jour, alors 1) des investisseurs auraient immediatement mis la main au portefeuille pour la developper. Trouver quelques milliards n'est pas vraiment un probleme pour la "bonne technologie"... 2) Il y aurait bien un Etat qui se serait lance dans l'affaire, parmi les pays importateurs...
Non, la realite est que vue la densite energetique du petrole, il n'y a pas d'alternative viable aujourd'hui.

alter

Messages : 41
Date d'inscription : 17/01/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet de "tribune" ou "éditorial" en vue publication le Monde ou autre

Message  nemo111 le Ven 20 Jan - 21:57

http://www.dedefensa.org/article-_le_monde_au_bord_du_burnout__20_01_2012.html
Un article qui est assez proche de ce que j'en pense. Mais comment faire passer un message que la dernière chose à faire est d'essayer de maitriser une transition? Un tel message ne peux guère être intelligible à des gens qui ne pense qu'en statistique et facteur économique...

nemo111

Messages : 679
Date d'inscription : 21/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet de "tribune" ou "éditorial" en vue publication le Monde ou autre

Message  jm le Sam 21 Jan - 8:16

Après avoir lu cet article de defensa, c'est à se demander pourquoi nemo111 m'accusait de délirer. Tous les mots clés que j'ai utilisé dans différents messages sont là: "lâcher-prise", "le mur", "dépassement du mental-rationnel". Voici le quatrième de couverture de mon livre paru le 6 janvier 2009:


En 2012 (ou autre date proche) l'humanité devra avoir changé de cap pour survivre. Telle est la constatation rationnelle du penseur et chercheur. Seul un saut de conscience nous permettra ce changement de cap. Telle est la constatation du même homme, visionnaire cette fois. Nous sommes au seuil de changements indicibles et d'une transformation radicale de la pensée occidentale, au seuil d'une Ascension... Avec un don de ta synthèse globale, scientifique, philosophique, religieuse, géo-sociologique, qui montre les principaux enjeux immédiats pour l'espèce humaine, et celui d'une vision mystique qui intègre te dialogue avec des entités d'un autre plan, l'auteur nous ouvre tes yeux sur le mur qui se dresse devant l'espèce humaine. Et sur ta reforme totale du système de pensée occidental qu'implique la volonté de passer cet obstacle. L'Homme va s'autodétruire, à moins que ne survienne l'Ascension...

Bon je sais, c'est peu "hype", mais seul l'éditeur est responsable de cette formulation. Mais en gros c'est ça.

Le seul petit point subtil, en passant pour les "geeks" de la réflexion, c'est que dans l'article de defensa, ce "lâcher-prise" doit nous conduire à une reconnexion avec la biosphère.

Cette façon de voir les choses, est typique du "vert" sur le point de basculer au deuxième palier. Il constate une impasse. Mais, incapable ou ne voulant pas se tourner vers l'Esprit ou la Source, il se projette vers la biosphère. Il retourne en arrière. Or, il n'y aura pas de retour en arrière. Maintenant, il faut aller de l'avant, réussir notre examen de passage, accéder à la conscience cosmique.

D'après certains, 5% de la population accédant à cette vision dans le monde occidental maintenant, serait suffisant pour causer la plus grande transformation socio-épistémologique de l'histoire. A l'heure actuelle, on doit être à 2 ou 3%.

C'est pour ça que l'urgence est de faire passer les personnes prêtes au deuxième palier et non pas de faire monter plus de 50% du corps électoral au niveau "vert". On a plus le temps pour ça. Et ça ne servirait à rien. Une fois au niveau "vert", on ferait quoi? Vu que les outils nécessaires à l'action se situent au-delà, au deuxième palier!



avatar
jm

Messages : 21
Date d'inscription : 05/01/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://www.institut-de-la-conscience-integrale.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet de "tribune" ou "éditorial" en vue publication le Monde ou autre

Message  elax38 le Sam 21 Jan - 9:34

Bonjour,

Désolé pour ceux qui vont avoir l'impression de se retrouver au boulot, mais je vais prendre gentiment la casquette de consultant qui rédige un compte-rendu pour structurer les choses. Si on arrive pas à produire quelque chose d'écrit, on va pas aller loin, alors j'ai rédigé une synthèse provisoire, nécessairement incomplète et je propose au groupe de la finaliser pour mardi soir (ça va ?). Je vous stresse pas trop ?

AU BOULOT ! Twisted Evil

ElaX

==============================================================

Synthèse semaine 0

Constitution d'un groupe ayant pour objectif de placer le débat sur le Peak Oil au centre du débat politique français.

1) Sur l'objectif:

Définition de l'objectif = « placer le débat sur le Peak Oil au centre du débat politique français. »

Il s'agit d'un objectif minimum: nous savons tous que le pb du PO est lié à un ensemble de problèmes (économiques et sociaux; le réchauffement climatique...), mais le groupe décide de se focaliser sur ce point du débat politique.

Est-ce que tout le monde est d'accord sur cet objectif ?

(Réponse ElaX : je pense que d'autres groupes ou individus vont vouloir interpeller les candidats, intervenir dans le débat... Il risque d'y avoir beaucoup de bruit médiatique sur des tas de choses. Si on fait notre truc dans notre coin, je pense que c'est plus difficile et qu'on prend le risque d'être en concurrence avec des gens qui ont des motivations tout à fait légitimes, et dans le brouhaha, personne ne comprend plus personne.
Je propose donc qu'au minimum, on prenne rapidement différents contacts pour:
au minimum savoir ce que d'autres préparent: quel sujet, comment, quand ? Par exemple, si la FNH ou France-Environnement prévoit de faire quelque chose sur le PO, c'est bête de pas le savoir et de pas s'être demandé si on pouvait pas unir nos efforts sur cet objectif précis
si le groupe le décide, le projet PO peut rejoindre un projet allant dans le sens de placer au centre du débat des questions citoyennes qui nous préoccupent aussi ou qui sont liées: si un groupe similaire a le même objectif que nous sur le réchauffement climatique, on peut s'associer un peu, non ?
J'insiste d'autant plus sur ce point qu'il nous faut une stratégie astucieuse pour atteindre nos objectifs (voir + loin).)


Contexte & discussion :
le calendrier politique français
l'aspect « déstabilisateur » du PO
difficulté à faire passer le message aux « décideurs » comme au grand public

Conclusions :
L'objectif est ambitieux, mais réaliste (fenêtre de tir avec les élections)
Il faut faire assez vite !
Ne pas faire qu'inquiéter: on peut vivre sans pétrole si on s'y prépare
Faire un message simple: le message d'expert ou d'ingé ne passe pas


2) Sur la stratégie :

Définition de la stratégie :
La stratégie n'est pas définie, mais 2 constats s'imposent:
- la com, les médias..., c'est pas simple: il ne suffit pas d'avoir un super message à faire passer, il faut arriver à le faire passer. De nos jours, ce qui marche, c'est des « feuilletons » (voir affaire DSK !), le buzz, la blogosphère... Il faut donc concevoir un scénario: événement de lancement, rebondissement, entretenir la dynamique... (ElaX insiste sur cet exemple à méditer: le cas d'Etienne CHOUARD (NB: frère de camarade)).
- recueillir des signatures de têtes d'affiche n'est pas facile: les 1ères tentatives montrent que beaucoup de dirigeants vont répondre qu'ils ne peuvent pas engager l'image de leur société, ce qui est un peu légitime.

Il nous faut donc construire un plan de com. (scénario du feuilleton) et de mobilisation (appui de personnalités, ONG, réseaux...).

3) Sur le plan d'action

Dans cette partie, il faut réfléchir à ce qu'on fait, qui, quand...et décider des actions.

Nos moyens sont le temps et l'énergie dont nous disposons, nos réseaux, les appuis que nous avons et que nous devrons aller chercher. C'est pas rien, et c'est même sûrement énorme.
L'outil de communication du groupe: pour le moment, le site oléocène-back-up, le mail, le tél et pour les parisiens, possibilité de se rencontrer. C'est évidemment insuffisant.

Je propose quelques axes:
organisation et structuration du projet
élargissement du groupe
mise en place d'une 1ère vitrine pour commencer à exister

ElaX dit : « Il y a déjà du boulot ! ».

elax38

Messages : 119
Date d'inscription : 17/01/2012
Localisation : Village 600 hab. d(maison, nature) < 1 m.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

au boulot

Message  grand predicateur le Sam 21 Jan - 10:42

Bonjour tout le monde. Je prévois tout mon samedi après-midi pour bosser là-dessus. Mes retours arriveront en fin d'après-midi.

Je tenais à dire que je trouve passionnant d'échanger nos points de vue et de contribuer à cette réflexion sur l'avenir de nos sociétés. Merci à tous pour cela.

Et bon travail!

grand predicateur

Messages : 15
Date d'inscription : 18/01/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet de "tribune" ou "éditorial" en vue publication le Monde ou autre

Message  grand predicateur le Sam 21 Jan - 12:49

1°/ TITRE ET OBJECTIF
Le titre de cette tribune devrait attirer l’attention du lecteur.
Pour ce il faut éviter de choisir un titre qui semblerait annoncer un n ème texte sur la fin du pétrole. Les gens risquent alors de penser : “Ca fait 40 ans qu’on nous bassine avec cette fin du pétrole, or ça fait 40 ans qu’on continue à fabriquer toujours plus de voiture. Jamais les gens n’ont autant eu l’occasion de voyager qu’aujourd’hui. La fin du pétrole je n’y crois pas. Puis de toute façon on trouvera une autre source d’énergie. Si elles ne sont pas encore mise en place aujourd’hui, c’est parce que les grandes compagnies et les dirigeants de ce monde veulent garder le contrôle. Quand vraiment le pétrole arrivera à sa fin, ils nous présenteront alors cette nouvelle source. Ainsi ils auront pu continuer à engranger d’immenses bénéfices grâce au prix élevé du pétrole”. Cet argument ne tient évidemment pas la route. Mais vu la forte possibilité qu’une telle réaction se manifeste, mieux vaut éviter un titre d’une telle nature.
J’opterai plutôt pour un titre attirant l’attention sur les problèmes actuelles que rencontrent nos civilisations. Un titre dans lequel le mot croissance (synonyme de bien être pour les masses) doit figurer. Je songe par exemple à : “Pourquoi un retour à la croissance économique ne peut et ne pourra plus jamais être atteint - lettre ouverte à nos futurs dirigeants? ou alors plus ironique : “comment arriver à renouer avec la croissance économique - lettre ouverte à nos futurs dirigeants?” ou encore : “Pourquoi aucune de nos politiques de gauche ou de droite n’ont réussi à nous recréer les 30 glorieuses - lettre ouverte à nos futurs dirigeants ?
L’objectif serait donc double :
- Faire comprendre aux lecteurs quelles-sont les causes de ce que nos sociétés considèrent comme des maux qui sont plus que jamais insolvables.
- Ainsi ramener le problème du peak oil , puisque s’en est la cause principale, au sein du débat politique

2°/ CONTENU
Ce texte devrait absolument prévoir les réactions “normales” de toute personne n’étant pas bien - ou pas du tout- informée de la situation. Ainsi il s’agira d’anticiper tous les contre arguments et faire en sorte qu’il n’y ait aucune possibilité de casser notre argumentaire. En outre, je pense qu’illustrer notre propos par quelques graphiques chocs permettra de mieux faire passer le message (par exemple, prix du pétrole dans le temps et en parallèle croissance du pib dans le temps). Il est important de citer nos sources. Même s’il ne s’agit pas d’un article scientifique, il faut que les lecteurs puissent savoir d’où viennent les données sur lesquelles se basent nos démonstrations.

3°/ STRATEGIE
Contacter l’ASPO et le POST CARBON INSTITUTE pourrait être d’une aide certaine. J’imagine qu’aux USA, en vue la prochaine présidentielle, certains pensent faire de même que nous. Des bases de texte existent peut être déjà. Cela permettrait également d’augmenter la diffusion de ce texte. Est-ce qu’il y en a qui parmi vous ont des contacts au sein de ces associations ?
Créer le buzz, oui mais comment, et avec quels moyens ? Je suis d’avis qu’il vaut mieux dans un premier temps nous concentrer sur la rédaction du texte et de voir par après, ou parallèlement, mais en y consacrant moins de ressources, quels seraient les moyens d’en faire la promotion. L’envoyer à l’ensemble des formations politiques, les ONG, aux Indignés, pourraient aussi permettre d’augmenter ses chances d’arriver au sein du débat.

4°/ PLAN D’ACTION
Ce forum est pour l’instant un outil suffisant. Mais disposer d’un document ou d’un site collaboratif serait plus efficace. Je suis belge mais cela ne m’empêche de participer à une rencontre.
Comment pensez-vous organiser tout cela maintenant. Il serait déjà utile que nous disposions des coordonnées de chacun afin de mettre en place notre réseau.

Ce que je viens de vous proposer n’est pas grand chose mais je continue à réfléchir là-dessus et reviendrai vers vous avec le fruit de mes réflexions.

grand predicateur

Messages : 15
Date d'inscription : 18/01/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Je m'associe à cette démarche des plus constructives

Message  Eg.O.bsolète le Sam 21 Jan - 14:17

Je ne me suis pas encore présenté. Je suis un bruxellois de 38 ans et cela fait 5 ans que je m’intéresse à la problématique du Peak Oil. C’est en surfant sur le site countercurrents.org que j’ai découvert ce concept au combien déstabilisant. J’étais quelque part préparé à cette problématique car cela fait 20 ans que les exponentielles qui caractérisent notre époque m’omnubilent, au premier rang desquelles la démographie qui se trouvent être la mère de toutes le exponentielles.

Avant d’avoir eu mon moment Peak Oil j’avais à l’esprit qu’un jour l’homme se trouverait confronter aux limites physiques et cela m’inquiétait. Mais comme la plupart des gens j’étais resté calé sur la dernière goutte du pétrole ne voyant pas ce que pouvait être le profil d’exploitation d’une ressource finie.

Bien que convaincu de l’enjeu climatique et constatant que le débat sur le RCA s’enlisait dramatiquement j’en suis arrivé à la conclusion que l’homme ne s’autolimiterait pas pour sauver le climat. Suite à ce constat il m'apparu qu’il serait plus intéressant d’attaquer le climato-scepticisme et le scepticisme écologique sous l’angle des limites physiques qui sont autrement plus dures à réfuter que les effets que l’homme a sur un système climatique au combien complexe.

Depuis 2008 j’ai alors décidé d’utiliser le pseudo « Peak.Oil.2008 » pour que cela éveille la curiosité chez ceux qui n’ont jamais entendu parlé de ce concept. J’ai récemment renoncé à ce pseudo car bien qu’il ne soit pas mainstream le Peak Oil est de plus en plus évoqué. En outre je ne prétends pas avoir la science infuse dans ce domaine et je ne veux pas m’accaparer le concept, nous avons tous quelque chose à apporter dans cette réflexion qui est autant fascinante qu’effrayante. Cela dit il m'arrive encore ici et là d'avoir recours à ce pseudo quand je suis confronté à un fil qui passe complètement outre la problématique. Pensez-vous que cela ait du sens ou que cela soit contre productif ?

Il arrive de me dire qu'il serait intéressant que tous ceux qui sont Peak Oil Aware s’attribuent des pseudos évocateurs qui peuvent éventuellement pousser les gens à faire des recherches par eux-même sur les notions méconnues du pic pétrolier et des limites à la croissance. Imaginons une armée de pseudo destinés à éveiller la curiosité des zombies : PeakOil2005, PeakOil2006, PeakOil2007, PeakOil2008, PeakOil2009, OilCrisis2008, OilCrisis2011, LePlateauOndulé, PeakAware, LimitesPhysiques, LTG.due.to.PO, Overshoot2008, Iran2012, OilWars, LaFaimEnergétique, TheMasterRessource, etc, etc ...

Une piste parmi d’autres pour permettre une certaine prise de conscience … peut-être.



Il y a quelques jours j’ai participé à un chat sur le nucléaire avec le secrétaire d’État à l'Énergie belge mais comme mes interventions ont été systématiquement niées, j’ai envoyé un mail au secrétariat du ministre comme il était suggéré à la fin du chat, et ce pour faire part de mes réflexions. A ce stade je n’ai toujours pas eu de réponse. Il est probable que ma communication soit trop décousue, trop péremptoire, trop inquisitoire. Il est aussi probable que le ministre de l’énergie s’octroie un droit de réserve sur ce sujet tellement il est sensible.

Quoiqu’il en soit, vous qui partagez la même vision face à l'enjeu, n’hésitez pas à me recadrer.

Voici le mail envoyé :



Bonjour,

N’ayant eu aucune réaction aux questions que j’avais posées dans le cadre du chat sur le nucléaire sur lalibre.be je me permets d’y revenir par mail. Bon soit, mes réflexions étaient pétro centrées mais quand on sait que le nucléaire est quelque part un sous produit de la civilisation thermo industrielle on est en droit de se poser la question de la place que pourrait prendre le nucléaire dans un contexte de décroissance de l’offre fossile. Car si d’une côté le nucléaire peut être vu comme un moyen de compenser le manque progressif en énergies fossiles cela nous force aussi à nous poser la question de savoir si le nucléaire restera gérable et sûr à l’avenir. Perso, je trouve que le débat sur l’énergie doit être global sinon il ne rime à rien, d’autant plus que nous avons pris un retard tragique avec la filière renouvelable.

Pour revenir à mon pétro-centrage, au niveau de votre équipe, saisissez-vous les multiples implications du pic pétrolier (PO) ? Avez-vous eu votre moment Peak Oil ? Car franchement, c’est à se poser la question, voire à en perdre sa foi en la démocratie tant cette réalité est sciemment édulcorée par tous les acteurs qui devraient s’emparer de ce sujet (médias et politiques confondus). Il y a bien le discours central des problèmes en aval (les méfaits du CO2 sur le climat), mais ce discours ne saurait être dé-corrélé des problèmes en amont (la confrontation d’une demande installée à une offre programmée pour s’effondrer) car contrairement à ce que beaucoup croient les effets en amont sont bien partis pour aggraver les effets en aval (on brûlera tout ce que l’on pourra se mettre sous la dent). Et donc à propos du PO, auriez-vous peur du syndrome de l’autorélisation ? A savoir une accélération irrationnelle de la décroissance dans le cadre où une certaine décroissance est inévitable. Est-t-il déjà trop tard pour parler de tout cela ?

- Tout d’abord reconnaissez-vous qu’à l’échelle mondiale nous sommes au plateau de production ou peak oil qui a débuté avec le premier point d’inflexion en 2005 avec la fin de la croissance tendancielle de l’offre et qui sera bientôt suivi par le troisième point d’inflexion marqué par le début de la décroissance tendancielle de l’offre ? C’est le moment où de façon grossière la fonction exponentielle qui a caractérisé le premier Age des hydrocarbures subit l’ajustement logistique liée aux contraintes géologiques et économiques. En notant au passage que la pic de consommation (souvent mal traduit par pic de la demande) est avant tout une résultante du pic du production et non l’inverse, en effet car la consommation est avant tout une demande satisfaite dans un monde qui ne voit pas de raison de contraindre la demande, et donc l’offre.

- Reconnaissez-vous que les hydrocarbures ont fonctionné à plein comme un subside pour l’économie jusqu’à ce que nous atteignons le PO et qu’ils sont en train de se transformer en frein pour l’économie ? En effet en pre-peak, l’offre ne cesse d’augmenter et le prix ne cesse de baisser (l’offre tire la demande vers le haut), et en post-peak c’est l’inverse, l’offre ne cesse de baisser et le prix ne cesse d’augmenter (les coûts d’extraction augmentent et l’offre tire la demande vers le bas). Nous sommes en train de quitter l’ère de héritage énergétique en sachant qu’aucun revenu énergétique digne de ce nom ne sera jamais à même de combler l'héritage gaspillé et auquel nous nous sommes habitués.

- Reconnaissez-vous que les trente glorieuses on été caractérisées par une consommation exponentielle du pétrole alors abondant et que les trente piteuses qui ont suivi ont été caractérisées par une croissance plutôt arithmétique de la consommation de pétrole ?

- Reconnaissez-vous que le pic pétrolier US en 1971 a précédé le premier choc pétrolier de 1973 et que c’est dans ces années-là que les américains ont dé-corrélé le dollars de l’or pour le corréler à l’or-noir (pétrodollars), transformant ainsi de dollars en super monnaie de réserve ?

- Reconnaissez-vous que la financiarisation de l’économie et le creusement des déficits en Occident sont consécutifs de deux premiers chocs pétroliers ainsi que du pic pétrolier par personne en 1979 ? Ce qui montre à quel point la croissance économique au sens classique du terme est profondément corrélée à l’énergie disponible, à savoir l’énergie que l’on peut se permettre de consommer.

- Reconnaissez-vous que l’inflation du pétrole agit par contagion sur toute l’économie car le pétrole intervient systématiquement à un niveau ou à un autre de la production et de l’échanges de biens (et de bon nombre de services), et cela même si par unité produite et échangée la part de pétrole a parfois baissée (sauf quand on a délocalisé la production) ?

- Reconnaissez-vous le lien criant qui existe entre l’inflation vertigineuse du prix du pétrole sur la période 2005-2008 (outre l’envolée spéculative de 2008) et la crise du crédit et de la dette ? Sinon je ne saurais que vous conseiller la vidéo du plus sage d’entre les sages Colin Campbell : "colin campbell predicts credit crunch due to peak oil" (youtube)

- Reconnaissez-vous le lien qui existe entre l’inflation mondiale que nous connaissons depuis quelques années et les émeutes de la faim en 2007 et les révolutions en 2011 ?

- Reconnaissez-vous que le PO est bien plus central que le Pic Gazier, d’une part parce que le pétrole est l’énergie la plus concentrée que nous connaissons et d’autre part parce que le pic gazier ne succédera au PO que de quelques années et que le décroissance de l’offre en gaz sera bien plus rapide que la décroissance de l’offre en pétrole (ce qui tient à la nature de ces deux ressources) ?

- Reconnaissez-vous que la décroissance énergétique qui fait/fera suite au PO met/mettra en péril l’économie tertiaire (le virtuel) au profit de l’économie primaire et secondaire (le tangible) ?

- Reconnaissez-vous que la mondialisation ‘telle que nous la connaissons’ trouve son essence précisément dans l’essence bon marché et que la raréfaction qui fait suite au PO ne peut être suivie que par une certaine forme de démondialisation subie ?

- Et enfin reconnaissez-vous que la prise de conscience collective de certaines limites à la croissance (cfr Le grand sage Dennis Meadows) est le meilleur moyen de faire face au ‘Predicament’ (en anglais) qui nous tombe dessus et ceci pour réunir nos forces dans l’adversité plutôt que de les désunir ? Il y a des milliards d’heures de travail et de débat pour des millions de jeunes autour du sujet central qu’est le PO car cela va profondément déterminer leur avenir, mais voilà, on laisse les peuples dans l’ignorance la plus totale en les condamnant à contempler l’effondrement sans une explication qui donnerait sens à ce qui s’impose, ce qui en retour ne manquera pas d’accélérer l’effondrement. C’est donc à se demander si en fin de compte vous ne seriez pas favorables à une autoréalisation accélérée de la décroissance qui nous pend au nez ? J'ose espérer que non !!!

Bien à vous,

Peak.Oil.2008

Eg.O.bsolète

Messages : 3
Date d'inscription : 19/01/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet de "tribune" ou "éditorial" en vue publication le Monde ou autre

Message  hyperion le Sam 21 Jan - 15:48

[quote="yvesT75http://www.thedailyshow.com/watch/wed-june-16-2010/an-energy-independent-future
[/quote] Laughing Laughing

Reconnaissez-vous le lien qui existe entre l’inflation mondiale que nous connaissons depuis quelques années et les émeutes de la faim en 2007 et les révolutions en 2011 ?

il est super ton texte et me parait tout à fait corespondre à ce projet de tribune, cependant la dimension révolutionnaire est corrélée au po mais elle le dépasse. il semble qu'il y ait un réel projet d'émancipation .
et perso l'argument comme quoi il n'y a rien au delà du petrole même en terme uniquement energétique , je n'y souscris pas.
que la société de consommation de masse s'éffondre avec la fin du pétrole , c'est fort probable.mais l'argument d'alter ne tient pas:
une invention soi-disant miracle n'a rien à voir avec la concurrence microsoft google. il s'agit alors d'un événement redistribuant totalement les cartes strategiques et créant aussitot la destruction de pans entiers de l'économie.

hyperion

Messages : 261
Date d'inscription : 26/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet de "tribune" ou "éditorial" en vue publication le Monde ou autre

Message  elax38 le Sam 21 Jan - 16:49

Merci à nos amis belges de se joindre à nous.

J'ai proposé au départ une définition très franco-française de l'objectif du groupe, mais je ne crois pas que la nationalité soit une exigence pour participer à ce projet. Je dirais bien que c'est à charge de revanche pour vos prochaines élections, mais votre calendrier politique est un peu...spécial et j'ai comme l'impression que votre débat politique est déjà très occupé par les questions internes Sad .

J'ai évoqué à un moment l'idée de parler à travers la bouche d'un enfant; ce n'est pas nécessairement pour dire qu'il faut faire passer notre message sous cette forme là, mais ça peut être pris comme un exercice intellectuel pour dire le message de la manière la plus simple possible.

Je ne suis pas du tout un pro de la com, mais le titre, c'est pas facile à trouver et ça doit aller avec le texte, donner envie de le lire... Ceci dit, un bon titre aide à démarrer un texte.

A propos des pseudos et des chats, ce que dit Eg.O.bsolète me fait penser que ça peut être un moyen d'amplifier le buzz (ça doit se faire couramment).


elax38

Messages : 119
Date d'inscription : 17/01/2012
Localisation : Village 600 hab. d(maison, nature) < 1 m.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet de "tribune" ou "éditorial" en vue publication le Monde ou autre

Message  yvesT75 le Dim 22 Jan - 9:50

Eg.O.bsolète a écrit:

Depuis 2008 j’ai alors décidé d’utiliser le pseudo « Peak.Oil.2008 » pour que cela éveille la curiosité chez ceux qui n’ont jamais entendu parlé de ce concept. J’ai récemment renoncé à ce pseudo car bien qu’il ne soit pas mainstream le Peak Oil est de plus en plus évoqué. En outre je ne prétends pas avoir la science infuse dans ce domaine et je ne veux pas m’accaparer le concept, nous avons tous quelque chose à apporter dans cette réflexion qui est autant fascinante qu’effrayante. Cela dit il m'arrive encore ici et là d'avoir recours à ce pseudo quand je suis confronté à un fil qui passe complètement outre la problématique. Pensez-vous que cela ait du sens ou que cela soit contre productif ?

Il arrive de me dire qu'il serait intéressant que tous ceux qui sont Peak Oil Aware s’attribuent des pseudos évocateurs qui peuvent éventuellement pousser les gens à faire des recherches par eux-même sur les notions méconnues du pic pétrolier et des limites à la croissance. Imaginons une armée de pseudo destinés à éveiller la curiosité des zombies : PeakOil2005, PeakOil2006, PeakOil2007, PeakOil2008, PeakOil2009, OilCrisis2008, OilCrisis2011, LePlateauOndulé, PeakAware, LimitesPhysiques, LTG.due.to.PO, Overshoot2008, Iran2012, OilWars, LaFaimEnergétique, TheMasterRessource, etc, etc ...

Une piste parmi d’autres pour permettre une certaine prise de conscience … peut-être.

Merci pour la présentation, c'est donc toi PeakOil2008 chez Jorion et autres. Wink
Personnellement j'utilise pas mal cette technique : allusions plus ou moins directes (plutôt plus que moins) au pic pétrolier sur les articles traitant du pétrole ou de la crise.
Efficacité j'en sais rien ...

Par exemple dernièrement, Hollande propose de geler temporairement le prix de l'essence, et de revenir à la TIPP flottante ! :
http://www.google.fr/search?hl=fr&gl=fr&tbm=nws&btnmeta_news_search=1&q=hollande+tipp&oq=hollande+tipp&aq=f&aqi=d1d-o1&aql=&gs_sm=e&gs_upl=4242148l4244720l0l4245047l13l13l0l6l3l1l275l1315l0.4.3l7l0

Reaction de Cochet :
http://abonnes.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/breve/2012/01/20/pour-yves-cochet-eelv-un-blocage-du-prix-de-l-essence-serait-un-double-mauvais-message_1632667_1471069.html

Et merci pour la lettre, nombreux éléments à rassembler pour le texte il me semble.

Et sinon apparemment un rapport "fuité" assez important en Australie :
http://www.energybulletin.net/stories/2012-01-20/australian-peaky-leaks-goes-mainstream

yvesT75
Admin

Messages : 550
Date d'inscription : 09/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://iiscn.wordpress.com/about/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet de "tribune" ou "éditorial" en vue publication le Monde ou autre

Message  jm le Lun 23 Jan - 8:42

Subculture of Americans prepares for civilization's collapse

By Jim Forsyth

(Reuters) - When Patty Tegeler looks out the window of her home overlooking the Appalachian Mountains in southwestern Virginia, she sees trouble on the horizon.

"In an instant, anything can happen," she told Reuters. "And I firmly believe that you have to be prepared."

Tegeler is among a growing subculture of Americans who refer to themselves informally as "preppers." Some are driven by a fear of imminent societal collapse, others are worried about terrorism, and many have a vague concern that an escalating series of natural disasters is leading to some type of environmental cataclysm.

They are following in the footsteps of hippies in the 1960s who set up communes to separate themselves from what they saw as a materialistic society, and the survivalists in the 1990s who were hoping to escape the dictates of what they perceived as an increasingly secular and oppressive government.

Preppers, though are, worried about no government.

Tegeler, 57, has turned her home in rural Virginia into a "survival center," complete with a large generator, portable heaters, water tanks, and a two-year supply of freeze-dried food that her sister recently gave her as a birthday present. She says that in case of emergency, she could survive indefinitely in her home. And she thinks that emergency could come soon.

"I think this economy is about to fall apart," she said.

A wide range of vendors market products to preppers, mainly online. They sell everything from water tanks to guns to survival skills.

Conservative talk radio host Glenn Beck seems to preach preppers' message when he tells listeners: "It's never too late to prepare for the end of the world as we know it."

"Unfortunately, given the increasing complexity and fragility of our modern technological society, the chances of a societal collapse are increasing year after year," said author James Wesley Rawles, whose Survival Blog is considered the guiding light of the prepper movement.

A former Army intelligence officer, Rawles has written fiction and non-fiction books on end-of-civilization topics, including "How to Survive the End of the World as We Know It," which is also known as the preppers' Bible.

"We could see a cascade of higher interest rates, margin calls, stock market collapses, bank runs, currency revaluations, mass street protests, and riots," he told Reuters. "The worst-case end result would be a Third World War, mass inflation, currency collapses, and long term power grid failures."

A sense of "suffering and being afraid" is usually at the root of this kind of thinking, according to Cathy Gutierrez, an expert on end-times beliefs at Sweet Briar College in Virginia. Such feelings are not unnatural in a time of economic recession and concerns about a growing national debt, she said.

"With our current dependence on things from the electric grid to the Internet, things that people have absolutely no control over, there is a feeling that a collapse scenario can easily emerge, with a belief that the end is coming, and it is all out of the individual's control," she told Reuters.

She compared the major technological developments of the past decade to the Industrial Revolution of the 1830s and 1840s, which led to the growth of the Millerites, the 19th-Century equivalent of the preppers. Followers of charismatic preacher Joseph Miller, many sold everything and gathered in 1844 for what they believed would be the second coming of Jesus Christ.

Many of today's preppers receive inspiration from the Internet, devouring information posted on websites like that run by attorney Michael T. Snider, who writes The Economic Collapse blog out of his home in northern Idaho.

"Modern preppers are much different from the survivalists of the old days," he said. "You could be living next door to a prepper and never even know it. Many suburbanites are turning spare rooms into food pantries and are going for survival training on the weekends."

Like other preppers, Snider is worried about the end of a functioning U.S. economy. He points out that tens of millions of Americans are on food stamps and that many U.S. children are living in poverty.

"Most people have a gut feeling that something has gone terribly wrong, but that doesn't mean that they understand what is happening," he said. "A lot of Americans sense that a massive economic storm is coming and they want to be prepared for it."

So, assuming there is no collapse of society -- which the preppers call "uncivilization" -- what is the future of the preppers?

Gutierrez said that unlike the Millerites -- or followers of radio preacher Harold Camping, who predicted the world would end last year -- preppers are not setting a date for the coming destruction. The Mayan Calendar predicts doom this December.

"The minute you set a date, you are courting disconfirmation," she said.

Tegeler, who recalls being hit by tornadoes and floods in her southwestern Virginia home, said that none of her "survival center" products will go to waste.

"I think it's silly not to be prepared," she said. "After all, anything can happen."

(Reporting by Jim Forsyth in San Antonio; Editing by Corrie MacLaggan and Greg McCune)

© Thomson Reuters 2011.


Pour mémoire le site de la star du survivalisme: http://survivalblog.com/
avatar
jm

Messages : 21
Date d'inscription : 05/01/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://www.institut-de-la-conscience-integrale.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet de "tribune" ou "éditorial" en vue publication le Monde ou autre

Message  jm le Lun 23 Jan - 9:35

Petit commentaire sur l'article ci-dessus: sans vouloir tomber dans le "survivalisme" (inadapté à nos conditions), je suis plutôt en faveur de la création de bases arrières dans les campagnes (par exemple dans des fermes) au cas où... Cependant une telle idée n'est absolument pas prise au sérieux. Pour le moment...

L ' émergence d'un tel réseau serait de nature à faire réfléchir plus d'une personne.

Je vais vous donner mon point de vue franchement sur ce que la tribune devrait expliquer: chacun doit maintenant choisir son camp:

1) Soit on parie sur le business as usual: on garde son job et ses économies investies dans les banques. En d'autres termes, on suit la pensée de groupe.
2) Soit on s'oriente individuellement vers autre chose, en fonction de ses possibilités.

Ou bien on fait partie du problème, ou bien de la solution.

C'est un peu facile de vouloir le beurre et l'argent du beurre: les avantages du système actuel tant cela va à peu près, et ensuite venir pleurnicher auprès de ceux qui auront anticipé quand cela n'ira plus.

C'est quand même bizarre de constater que Hubbert, dès le début des années 50, avait annoncé le pic pétrolier américain pour 1971, le pic mondial pour les années 2000 (retardé par la baisse de consommation des années 70). Que le groupe d'expert "Jason", à l'aide de modèles simples, avait annoncé à la fin des années 70 que plus de 2 degrés celsius de réchauffement aurait des conséquences dramatiques sur la distribution des précipitations au niveau mondial. Et que depuis, en dépit des centaines de millions de dollars de recherche, on a pas fait mieux!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Ce monde de la recherche c'est vraiment de la merde! Depuis plus de trente ans, on stagne dans tous les domaines. Tout ce qu'on fait c'est de l'accumulation, du saucissonnage. Les dossiers de chercheurs sont évalués au poids du papier sur la balance. La recherche - en tant qu'institution - fait partie du problème et non pas de la solution. Cela vous pouvez l'écrire sans crainte.

Il n' y a pas un professeur (d'économie ou autre) respecté dans ce pays qui fait l'analyse correcte. Pour avoir des bourses de recherche il faut faire croire que l'aboutissement de sa recherche constituera la panacée universelle.

Voici le cheminement personnel depuis plus de quinze ans:

1) pendant les années 90, intérêt dans les travaux du club de Rome.
2) 11 septembre 2001, compréhension que quelque chose n'allait pas.---------> anticipation finalement ratée par les néo cons du pic
3) 2004: National Geographic consacré au pic pétrolier. Très bien ce numéro.
4) 2005: compréhension du problème
5) 2007 réalisation que la solution nécessite un élargissement de la vision occidentale.
6) 2008 perte d'intérêt dans les différentes digressions. Pour un petit groupe de personnes, c'est un business.
7) 2012 inscription sur ce blog

Le déni de réalité peut prendre plusieurs formes. L'une d'entre-elle consiste à s'arrêter en chemin. A partir du moment où on prend conscience du pic pétrolier et des autres problèmes, il faut avoir le courage d'aller au bout. Au bout il y a une impasse radicale. Il y a la mort. Dans tous les sens du terme. Mort physique pour certains, quand le système médical ne sera plus capable de tout soigner, mort des ambitions sociales et matérielles, mort des couples etc...

Dans le Zen, l'impasse radicale mène au satori.
avatar
jm

Messages : 21
Date d'inscription : 05/01/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://www.institut-de-la-conscience-integrale.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet de "tribune" ou "éditorial" en vue publication le Monde ou autre

Message  pragma tic le Lun 23 Jan - 10:39

Bonjour,
jm a écrit:... je suis plutôt en faveur de la création de bases arrières dans les campagnes (par exemple dans des fermes) au cas où...
Dans ma représentation des choses, à l'heure qu'il est, avec un malade en phase finale cancéreuse avec des métastases partout, il n'existe tout simplement pas d'autre solution.

Dans l'idéal, il faudrait un maillage serré de productions agricoles artisanales à l'échelle nationale. C'est parfaitement utopique, les pros de l'agriculture souhaiteront conserver leurs terres tant qu'ils pourront écouler leurs productions, c'est à dire jusqu'au crash.
Et il n'y a pas beaucoup de veinards comme moi à disposer d'un hectare autour de la maison, de nature à envisager non seulement l'autarcie mais même des excès de production commercialisables.

La seule raison pour laquelle je m'évertue encore à tenter de communiquer, c'est que néanmoins, plus nous serons nombreux à nous préparer par la préparation de la terre et l'acquisition de savoir-faire artisanaux dans ce domaine, et moins rude sera la transition.

Mais à l'heure qu'il est, espérer que celle-ci ne sera pas rude relève de la foi davantage que de l'analyse.

pragma tic

Messages : 55
Date d'inscription : 10/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet de "tribune" ou "éditorial" en vue publication le Monde ou autre

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum