Le SALAIRE de LABEUR.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le SALAIRE de LABEUR.

Message  kercoz le Mar 15 Juin - 6:57

Une vague idée que j'aimerai fixer avant qu'elle ne s'envole.
Toutes nos besoins vitaux sont couverts par des actes d'approvisionnement ou de fourniture qui viennent combler un etat de "manque" :
-Bouffe , reproduction , hydratation, sécurisation , chaleur meme......
La prime pour "nourrir la bète" est le "plaisir". Sensation récompense . Elle ne devrait fonctionner qu'en "Négatif" , en compensation de manque , mais les glandes sont ce qu'elles sont , et le plaisir peut fonctionner meme sans "besoin" ou avec peu de besoins.La recherche "indue" du plaisir est possible , mais , comme ça fonctionne mal , il faut des doses plus fortes pour tromper les glandes et surviennent les dérives qu'on sait .....
C'est là une autre histoire, j'en reviens a mon idée : L'etat "naturel" de l'individu (et de tout etre vivant) fonctionne donc en alternant manque et satisfaction par comblement du manque . le manque crée le désir de bouger , il est moteur ...et le plaisir est la récompense de l'action ...Pavlov ne me contredira pas (Pierre si, qui me dira que ça n'a été prouvé que sur les chiens).
L'état naturel, voudrait que l'on attende d'avoir faim pour chercher la nourriture ...ou une paire de nibars...
Il faudrait donc que l'acte de se mouvoir (travail), se fasse en etat de besoin. On voit bien que ces procédures ne sont pas "rentables" en terme économique. On linéarise donc un truc bordélique pour rationaliser une production . Production qui fait apparaitre un "gain" et des "sur-productions" des mirages d'abondance (partout des seins, des culs et des poulets degoulinants pres de bieres embuées .....
L'offre précède la demande ...ça ne marche que sur des bilans ...chez le blaireau ça fait des dégats : Il comprend pas pourquoi il bosse qd il n'a pas faim ...de plus sa gestuelle n'a aucun rapport avec la satisfaction d'un besoin .
Le formatage et la délocalisation des actes perdent de la "visibilité" . Il est possible que cette visibilité soit importante pour l'equilibre sanitaire du blaireau .


Dernière édition par kercoz le Jeu 17 Juin - 7:10, édité 1 fois

kercoz

Messages : 965
Date d'inscription : 24/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le SALAIRE de LABEUR.

Message  Pierre M. Boriliens le Mar 15 Juin - 7:57

kercoz a écrit:L'offre précède la demande ...
Arrête de nous faire passer du Jean-Baptiste Say en douce... On sait que tu es un économiste libéral ! Laughing

1.L’économie de marché est régie par les mécanismes analysés dans la théorie de la croissance endogène, principalement l’accumulation de capital humain.
2.L’économie de marché est essentiellement stable ; la politique macroéconomique, par exemple les interventions fiscales discrétionnaires, peut la déstabiliser. Les anticipations rationnelles dirigent les marchés, financiers et autres, de telle sorte que les prix sont des vecteurs cruciaux de l’information. Les marchés financiers sont essentiels, car ils fournissent un jugement bien informé sur le caractère durable et la crédibilité de la politique.
3.La politique monétaire peut être employée pour maîtriser l’inflation, pas pour diminuer le chômage ; elle doit être laissée entre les mains des experts, pas des politiciens.
4.Il existe un taux de chômage naturel. L’inflation est un phénomène monétaire.
5.La loi de Say [note : l'offre crée la demande] s’applique, au moins en longue période. La politique fiscale a au mieux un rôle passif ; le budget doit être équilibré sur l’ensemble du cycle d’activité.
6.Le marché implique des échecs du marché à cause des externalités, des biens publics, de la concurrence imparfaite…
7.L’inégalité des chances doit être éliminée : l’inégalité des résultats n’est pas un mal en soi puisqu’elle fournit des incitations à travailler et acquérir des compétences. Ce point de vue implique un changement dans les priorités de la politique économique, au détriment de la mise en œuvre d’un système fiscal progressif et d’une sécurité sociale redistributive, au profit d’une politique d’employabilité encourageant l’éducation et l’accumulation de capital humain. Le marché conduit à des situations où « le gagnant prend tout », mais c’est le prix à payer pour disposer d’un mécanisme incitatif efficace.
8.La mondialisation a éliminé les possibilités de mener des politiques monétaires, industrielles et fiscales actives. Les politiques ciblées doivent être abandonnées en faveur de politiques affectant l’environnement économique, c’est-à-dire qui favorisent la compétitivité des firmes.
Arestis et Sawyer, 2001, cité par Bruno Amable, les cinq capitalismes, Seuil, 2005

Enfin j'exagère un peu, puisque tu sembles défendre ce genre de choses mais plutôt à petite échelle que dans la version mondialisée... Laughing

Pierre M. Boriliens

Messages : 929
Date d'inscription : 25/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le SALAIRE de LABEUR.

Message  the_oliver_2000 le Mar 15 Juin - 9:52

kercoz a écrit:
L'état naturel, voudrait que l'on attende d'avoir faim pour chercher la nourriture ...ou une paire de nibars...
Pas évident, nous sommes des êtres de désir, si on ne désire plus on est mort. On peut désirer la sagesse ou la sobriété, mais c'est assez rare Very Happy
Les publicitaires le savent bien, le tout c'est d'orienter nos désirs vers les "bons produits". Il n'y a pas besoin d'être en état de manque pour désirer une télé écran plat ou la dernière Audi.

the_oliver_2000

Messages : 297
Date d'inscription : 25/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le SALAIRE de LABEUR.

Message  kercoz le Mar 15 Juin - 10:04

the_oliver_2000 a écrit:
kercoz a écrit:
L'état naturel, voudrait que l'on attende d'avoir faim pour chercher la nourriture ...ou une paire de nibars...
Pas évident, nous sommes des êtres de désir, si on ne désire plus on est mort. On peut désirer la sagesse ou la sobriété, mais c'est assez rare Very Happy .
Pas si sur .
Nombreux exemples ethno montrent qu'en situation favorable (zone nourriciere et climat), le blaireau moyen retourne a son hamac en attendant le prochain tramway (nommé Désir).
Le stock , a je pense toujours existé , surtout a l'apparition de l'agri, mais l'economie du stock des chasseurs ceuilleur devait résider ds la préservation des resources, plus que ds le stock.

kercoz

Messages : 965
Date d'inscription : 24/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le SALAIRE de LABEUR.

Message  Pierre M. Boriliens le Mar 15 Juin - 11:39

kercoz a écrit:
the_oliver_2000 a écrit:
kercoz a écrit:
L'état naturel, voudrait que l'on attende d'avoir faim pour chercher la nourriture ...ou une paire de nibars...
Pas évident, nous sommes des êtres de désir, si on ne désire plus on est mort. On peut désirer la sagesse ou la sobriété, mais c'est assez rare Very Happy .
Pas si sur .
Nombreux exemples ethno montrent qu'en situation favorable (zone nourriciere et climat), le blaireau moyen retourne a son hamac en attendant le prochain tramway (nommé Désir).
Le stock , a je pense toujours existé , surtout a l'apparition de l'agri, mais l'economie du stock des chasseurs ceuilleur devait résider ds la préservation des resources, plus que ds le stock.
Je ne sais pas si ça a un rapport avec le stock. En tous cas, dans notre société, c'est absolument clair depuis longtemps que l'offre non seulement précède la demande, mais même la crée.
Qu'est-ce qui est à la mode, et depuis longtemps ? Qu'est-ce que c'est même, la mode ? L'innovation ! On se contrefout de savoir à quoi ça rime, cet objet innovant, pourvu que sa qualité innovante permette de le vendre et de faire beaucoup de profit ! Et on fait évidemment tout ce qui pourrait contribuer au succès de l'opération. On commence par payer des bricoleurs (que l'on nomme chercheurs), puis des tas de gens bossent pour fabriquer des pièces détachées, d'autres pour les assembler, d'autres encore pour transporter tout ça, d'autres pour concevoir de jolies pages de pubs, des clips, etc., d'autres enfin pour vanter les qualités innovantes de ce merveilleux truc, sans compter toutes les autres merveilleuses qualités (chez la pomme, les coins sont même arrondis !) et accepter tout mode de paiement en échange d'un exemplaire. Et quelques uns qui encaissent la différence !
Et c'est ainsi que la vie passe, que les réserves s'épuisent, peut-être jusqu'à la catastrophe finale, la dernière innovation ! Laughing

Mais ce n'est pas un fait de nature, c'est bel et bien culturel !
Ludd est de retour

Pierre M. Boriliens

Messages : 929
Date d'inscription : 25/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le SALAIRE de LABEUR.

Message  kercoz le Mar 15 Juin - 12:52

Pierre M. Boriliens a écrit:
kercoz a écrit:
the_oliver_2000 a écrit:
kercoz a écrit:
L'état naturel, voudrait que l'on attende d'avoir faim pour chercher la nourriture ...ou une paire de nibars...
Pas évident, nous sommes des êtres de désir, si on ne désire plus on est mort. On peut désirer la sagesse ou la sobriété, mais c'est assez rare Very Happy .
Pas si sur .
Nombreux exemples ethno montrent qu'en situation favorable (zone nourriciere et climat), le blaireau moyen retourne a son hamac en attendant le prochain tramway (nommé Désir).
Le stock , a je pense toujours existé , surtout a l'apparition de l'agri, mais l'economie du stock des chasseurs ceuilleur devait résider ds la préservation des resources, plus que ds le stock.
Je ne sais pas si ça a un rapport avec le stock. En tous cas, dans notre société, c'est absolument clair depuis longtemps que l'offre non seulement précède la demande, mais même la crée./url]

Le passage a l'agriculture a permis un gain de productivité sur la surface de subsistance . Donc une population plus importante sur cette surface. Cette possibilité etait la condition necessaire pas pas suffisante . Il a fallu:
-stocker des nourritures et du bois pour les periodes hivernales ou seches.
-gerer un début de specialisation qui a perturbé les process d'échange .
-Si les produits echangés ne sont plus "visibles" (si le donneur ne connait pas le receveur , l'équivalence se fait et quitte l'affect pour la monnaie.
-la surpopulation force le modèle parcellisé a faire voisiner les groupes et a gerer des conflits.
-le stock induit protection et surveillance puis répartition.
-Le fait de faire reposer sa subsistance sur un stock est angoissant : le système est fragile , plus fragile que la gestion quotidienne des besoins de l'ancien modèle ....(Ancien modèle pas toujours joyeux ! ...lire "le conquistador perdu" de CABRA de la VACA sur la survie de qqs années d'espagnols chez des tribus indiennes vers la floride lors de la découverte des zameriques.)

Ce que j'essayais de dire , Pierre , ce n'est pas de juger l'ancien régime en comparaison de l'actuel , mais que qd tu réagissais sur un besoin "pressant" , tu allais a l'essentiel. Le fait de stocker au préalable du temps de travail /argent pour prévenir ce besoin , ce dernier est confondu ds des besoins "divers et souvent avariés" pour lesquels tu n'aurais pas forcément bossé. L 'ensemble est faussé : tu bosses sans avoir faim , et etant payé apres manger tu consacre ces sommes a des trucs futiles , des besoins créés , ou des besoins nécessaire au travail meme (voiture trajet,portable , cravate, string etc ...). Le déphasage entre l'offre et la demande est un truc inhumain ou plutot inanimal . La difficulté d'une peche ou d'une traque , le suspens est motivé par une faim grandissante et donne au chasseur plaisir et fierté ....sortir sa carte de crédit parait déprimant a coté .

kercoz

Messages : 965
Date d'inscription : 24/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le SALAIRE de LABEUR.

Message  the_oliver_2000 le Mar 15 Juin - 14:06

kercoz a écrit:
Nombreux exemples ethno montrent qu'en situation favorable (zone nourriciere et climat), le blaireau moyen retourne a son hamac en attendant le prochain tramway (nommé Désir).
Mais que pouvait il faire d'autres le blaireau moyen ? Il n'a peut être pas accès à notre formidable société de conso, donc il désirait la paix, bouffer, une paire de nibbars et voilà.
Des publicitaires bien attentionnés pourraient orienter ses désirs différemment...
Au fait je veux bien quelques exemples.

Pierre a écrit:Qu'est-ce qui est à la mode, et depuis longtemps ? Qu'est-ce que c'est même, la mode ?
Eh bien ça fait un moment que je me pose la question...
Qui créé la mode ? Est ce dans l'air du temps ou encore une fois un désir bien orienté ?

the_oliver_2000

Messages : 297
Date d'inscription : 25/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le SALAIRE de LABEUR.

Message  kercoz le Mer 16 Juin - 6:57

the_oliver_2000 a écrit:
kercoz a écrit:
Nombreux exemples ethno montrent qu'en situation favorable (zone nourriciere et climat), le blaireau moyen retourne a son hamac en attendant le prochain tramway (nommé Désir).
Mais que pouvait il faire d'autres le blaireau moyen ? Il n'a peut être pas accès à notre formidable société de conso, donc il désirait la paix, bouffer, une paire de nibbars et voilà.

Curieusement , L. STRAUSS et B.de Jouvenel avancent la meme thèse pour la déviance "économique" de l'etre humain:
-La polygamie des chefs.
Strauss a observé que les comportements et procédures structurelles des groupes archaiques etaient tres varies (meme pour des tribus de meme ethnie et voisinant). Comme le boulot de chef n'etait pas si prisé qu'on peut le croire , la récompense est qq fois la polygamie , la nana servant plus souvent de fonctionnaire que d 'objet sexuel.
Le problème vient de ce que ds un groupe réduit , le déséquilibre de nana accessibles engendre des comportements instables , comme des razzias chez des voisins pour trouver de la compagne.
Cette solution n'est pas sans conséquences , qui vont de la rétorsion (conflits) au passage au patriarcat (le frere de la mere est un ennemi), a la découverte de l'alterité, de coutumes differentes ,la naissance de l'économie , de l'apparition d'une structure guerriere aristocratique (patriarcale) coexistant avec la structure martiarcale du patriarche ......

Pour l'exploitation des publicitaires , je vois plutot le besoin de valoriser sa "FACE" par l'ostentation , une mise en scène .......Qui ne fonctionne pas puisque le type au 4x4 a peut etre une petite bite .....on ne le "CONNAIS" pas . Pour etre reconnu , il faut etre connu et on est trop nombreux pour etre connu . Le "sauvage" qui bombe le torse en retornant ds son hamac , on "SAIT" que ses 3 plumes , correspondent a 3 ennemis tués ...tout le monde sait ça , y'a des témoins .
Le gus avec son 4x4 , ne récolte que des doigts d'honneur . Inconsciemment il est frustré , et pour compenser il va consommer un autre "faire valoir" pour tenter d'etre admiré.

kercoz

Messages : 965
Date d'inscription : 24/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le SALAIRE de LABEUR.

Message  Pierre M. Boriliens le Mer 16 Juin - 9:46

the_oliver_2000 a écrit:
Pierre a écrit:Qu'est-ce qui est à la mode, et depuis longtemps ? Qu'est-ce que c'est même, la mode ?
Eh bien ça fait un moment que je me pose la question...
Qui créé la mode ? Est ce dans l'air du temps ou encore une fois un désir bien orienté ?
En son temps, pour les bagnoles : http://www.editions-zones.fr/spip.php?page=lyberplayer&id_article=21
Je le cite souvent, mais c'est tout même effarant (lire la préface) de constater que 3 boîtes (Standard Oil, GM et Firestone) ont racheté puis démoli lentement mais sûrement les systèmes de transports en commun qui équipaient toutes les grandes villes américaines, tout ça pour imposer la bagnole !
Ça vaut évidemment pour tout le reste, avec les méthodes les plus diverses... et il n'y a pas que la pub. Dans le cas du portable, par exemple, l'appel d'un fixe vers un portable coûte cher. Il suffit qu'on ait quelqu'un dans son entourage qui soit tombé dans le panneau, pour qu'on soit soi-même tenté d'en acheter un si on ne veut pas une facture de téléphone conséquente. Et puis dans bien des circonstances il vaut mieux avoir un portable : c'est l'employeur (et encore plus si c'est le futur employeur potentiel) qui décide de l'heure à laquelle il va téléphoner et tant pis pour ceux qui ne seront pas joignables à ce moment précis... Il est donc devenu souhaitable grâce au portable (ce n'est pas obligatoire, on est libre, c'est bien connu) d'être disponible 24 heures sur 24 ou peu s'en faut...
Avant on faisait par courrier, ça marchait aussi, et surtout ça permettait de trouver des compromis qui arrangeaient plus ou moins tout le monde. Etc.

Pierre M. Boriliens

Messages : 929
Date d'inscription : 25/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le SALAIRE de LABEUR.

Message  the_oliver_2000 le Mer 16 Juin - 13:04

kercoz a écrit:Pour l'exploitation des publicitaires , je vois plutot le besoin de valoriser sa "FACE" par l'ostentation , une mise en scène .......Qui ne fonctionne pas puisque le type au 4x4 a peut etre une petite bite .....on ne le "CONNAIS" pas . Pour etre reconnu , il faut etre connu et on est trop nombreux pour etre connu . Le "sauvage" qui bombe le torse en retornant ds son hamac , on "SAIT" que ses 3 plumes , correspondent a 3 ennemis tués ...tout le monde sait ça , y'a des témoins .
Bon la face maintenant je connais, j'ai lu du Goffman toute la soirée hier Wink
Au passage, je trouve qu'il ouvre des perspectives intéressantes, mais en même temps il enfonce parfois carrément des portes grandes ouvertes. Il présente des choses que tout le monde sait intuitivement avec un vocabulaire savant. Bon pas de HS, j'ouvrirai un fil là dessus à l'occasion, je détaillerai un peu plus Wink

Bien sûr qu'il a le besoin de valoriser sa face, mais cela n'est ni plus ni moins que le désir de popularité. Mais il n'y pas que ça, le mec qui s'achète un gros 4*4 (avant que ça fasse beauf), on lui avait vendu que c'était plus confortable et plus sécurisé. Les publicitaires avaient orientés ou encouragés ces désirs vers cet aspect.
Quand on ne pense avoir aucun désir, aucune motivation, c'est plutôt que nous sommes tourmentés par des désirs contraires (je veux de l'action, mais aussi la sécurité par exemple). Les pubs inversent notre rapport de force entre les désirs vers les produits qu'on souhaite vendre.
Quand on y pense un peu, qu'est ce qui nous pousse à échanger ici ? il y a la face évidemment (désir de se créer un chouette "moi"), mais peut être aussi le désir d'apprendre, ou de convaincre. Bref tout est désir Very Happy

Pierre a écrit:Je le cite souvent, mais c'est tout même effarant (lire la préface) de constater que 3 boîtes (Standard Oil, GM et Firestone) ont racheté puis démoli lentement mais sûrement les systèmes de transports en commun qui équipaient toutes les grandes villes américaines, tout ça pour imposer la bagnole !
Ça vaut évidemment pour tout le reste, avec les méthodes les plus diverses... et il n'y a pas que la pub. Dans le cas du portable, par exemple, l'appel d'un fixe vers un portable coûte cher. Il suffit qu'on ait quelqu'un dans son entourage qui soit tombé dans le panneau, pour qu'on soit soi-même tenté d'en acheter un si on ne veut pas une facture de téléphone conséquente.
Oui enfin là c'est pratiquement forcer la main, de la coercition.
Mais je me demandais pourquoi ce qui paraissait le top de la mode vestimentaire dans les années 80 est devenu complètement has been, par exemple.

the_oliver_2000

Messages : 297
Date d'inscription : 25/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le SALAIRE de LABEUR.

Message  Pierre M. Boriliens le Mer 16 Juin - 14:28

the_oliver_2000 a écrit:Mais je me demandais pourquoi ce qui paraissait le top de la mode vestimentaire dans les années 80 est devenu complètement has been, par exemple.
La langue allemande permet souvent de trouver des indices. Ainsi, par exemple, il y a l'Arbeitsgeber et l'Arbeitsnehmer. Celui qui donne du travail (le patron) et celui qui prend le travail (le salarié). Ça traduit bien que non seulement le travail est central, mais aussi que le salarié (passif) qui reçoit du travail se doit d'être content que le patron lui en donne (actif), voire même qu'il doit l'en remercier. Tout le reste est un peu secondaire (les salaires, par exemple...).
Eh bien, la publicité (au sens actuel et non pas au sens de rendre public quelque chose) se dit Werbung. Et c'est un mot dont le sens ancien est "faire le trottoir", littéralement, c'est-à-dire vendre ses charmes. La mode, apparue telle qu'elle se présente aujourd'hui en même temps que la fabrication de masse des vêtements, avait sans doute pour fonction, outre le fait de vendre infiniment plus, de suggérer aux femmes de se rendre vendables, puisque la société de l'époque, et bien souvent encore aujourd'hui, considérait que les femmes n'avaient que ça, leur corps, à leur disposition (dans le larousse des années 1930 elles avaient le cerveau lisse comme les nègres... Authentique !).
Je m'avance peut-être, mais un détournement des mécanismes de séduction au profit du capital me paraît une hypothèse sérieuse. A quoi il convient sans doute d'ajouter le développement massif de l'individualisme pour les mêmes raisons... Et bien entendu les innombrables magazines féminins (pas la presse féministe qui existe aussi) qui ne parlent que de ça, les moyens d'avoir perpétuellement l'air d'avoir 20 ans, mince, souriante, etc., ce qui répète les mêmes injonctions urbi et orbi...
(dernier exemple que je connais : Le Parisien « teste » les femmes)

Pierre M. Boriliens

Messages : 929
Date d'inscription : 25/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le SALAIRE de LABEUR.

Message  kercoz le Mer 16 Juin - 18:57

the_oliver_2000 a écrit:
Mais je me demandais pourquoi ce qui paraissait le top de la mode vestimentaire dans les années 80 est devenu complètement has been, par exemple.

Historiquement , la "mode" se situait plus ds l'espace que ds le temps .
D'un village à l'autre , la coiffe n'etait pas la meme , (comme le langage , les usages...).
Sur la durée , il fallait carrément un siecle pour faire évoluer les sapes (et uniquement en ville).
Pour revenir aux modes locales , comme les langages , coutumes etc ..C'etait des façons de se démarquer , de ne pas etre identique a l'autre , d'etre reconnu comme un gars de X . L'identitaire est un résidu de l'agressivité. C'est de l'agressivité . Une fois socialisé et appartenant a un groupe , on inhibe l 'agressivité ds le groupe mais on l'applique en dehors du groupe pour préserver sa zone de subsistance ....... La mode n'est qu' un de ces instruments issus de la violence , mis en place pour s'y substituer . Les plantes, et animaux ont des couleurs qui "avertissent" le prédateur de leur toxicité ...
Ds un groupe l'habit "fait le moine" , c'est un attribut qui prévient et participe a la hierarchisation n rapplant a l'autre son rang.
Tous ces rites sont encrés fortement ds nos subconscients et agissent encore , a tord et a travers , mais sont encore en service .
L'individu n'etant pas connu , le suel moyen de revendiquer son etat c'est l'apparence , l'habit , la dcoration ... l'uniforme .
Bien sur l'economie a compris ça , et s'en sert pour incite a renouveler l'habit avant qu'il ne soit usé ...pas rentable , trop long .
l'ostentation d'une certaine "classe" veut qu'on soit "en tete" de la recherche , la modernité .....les vieux polars americains précisent toujours l'age de la voiture décrite ! ""une oldsmoblie de 3 ans d'age ...."" pour classer le niveau social du type qui la conduit .

J'avais suggéré , aux décroissants de "lancer" une nouvelle mode qui les feraient se reconnaitre et serait subversif : porter des sapes rapiécés . Ostenssiblement : des pieces rouge sur un fute blanc avec du fil bleu ...par ex.

kercoz

Messages : 965
Date d'inscription : 24/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le SALAIRE de LABEUR.

Message  Pierre M. Boriliens le Mer 16 Juin - 23:13

kercoz a écrit:Historiquement , la "mode" se situait plus ds l'espace que ds le temps .
D'un village à l'autre , la coiffe n'etait pas la meme , (comme le langage , les usages...).
Sur la durée , il fallait carrément un siecle pour faire évoluer les sapes (et uniquement en ville).
Pour revenir aux modes locales , comme les langages , coutumes etc ..C'etait des façons de se démarquer , de ne pas etre identique a l'autre , d'etre reconnu comme un gars de X
Ce sont des marques d'identité de groupe et à l'intérieur de ces marques, il peut y avoir des signes en rapport avec la hiérarchie dans le groupe. Tout ça est parfaitement codifié et nulle fantaisie n'y est autorisée, ce n'est pas du tout une affaire individuelle. En plus, ce sont des costumes de représentation en toutes sortes d'occasions, mais pas du tout des vêtements du quotidien. Tout ça n'évolue que très peu avec le temps.
Rien à voir avec la mode ni avec la frivolité qui précisément la caractérise.

Si on veut vraiment les origines de la mode, c'est chez la noblesse et dans les cours qu'il faut les chercher. Puis plus tard, chez la grande bourgeoisie... celle qui industrialise et, dès que les capacités de productions sont suffisantes (la naissance de la confection de masse), fait croire que de changer sa garde-robe tous les 3 mois est le signe d'une très grande liberté... Ce qui n'est pas entièrement faux, surtout pour la bourgoisie elle-même qui s'enrichit de façon conséquente avec ça ! PPR, LVMH et compagnie.

Et puis pourquoi vouloir absolument tout ramener à des tribus de Néanderthaliens ou autres Australopithèques, voire au zoo-plancton, et ce qui nous en resterait, ou, pour le dire autrement, à nos gènes ? Il n'y a pas que les hormones ! La meilleure preuve, c'est que le cerveau qu'on a réussi à rendre disponible, - parce qu'il ne l'est pas forcément, il arrive qu'il travaille -, se vend très cher !

Pierre M. Boriliens

Messages : 929
Date d'inscription : 25/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le SALAIRE de LABEUR.

Message  kercoz le Jeu 17 Juin - 7:09

Pierre M. Boriliens a écrit:

Et puis pourquoi vouloir absolument tout ramener à des tribus de Néanderthaliens ou autres Australopithèques, voire au zoo-plancton, et ce qui nous en resterait, ou, pour le dire autrement, à nos gènes ? Il n'y a pas que les hormones ! La meilleure preuve, c'est que le cerveau qu'on a réussi à rendre disponible, - parce qu'il ne l'est pas forcément, il arrive qu'il travaille -, se vend très cher !

Parce que nous ne somme "civilisé" que depuis la derniere minute de l'année de l'espece humaine ....et moderne que depuis la derniere seconde (grace a l'énergie). Croire que le formatage de millions d'années et que l'etat stabilisé qui en a plus ou moins résulté (attracteur), puisse etre bouleversé en qqs décennies .....et suivant une tentative de modèle non "éprouvé" ,me parait illusoire et arrogant (je parle de l'espece humaine, etant sur la vague de cette dynamique l'individu n'est pas conscient de son arrogance)
Le cerveau qu'on a réussi a rendre dispo...c'est grace au "don de son alienation" , grace a une néotémie renforcée , en abdiquant le droit a l'age adulte , a la responsabilité pour se soumettre encore plus a la société.
Il me parait interessant d'etre lucide sur le fait que l'energie qui permet a tout vivant d'évoluer est l' AGRESSIVITE.
La mode EST de l'agressivité .La mode actuelle est une récupération de comportements culturels 'rites) anciennement mis en place pour gerer l'agressivité des individus envers d'autres individus de meme espece . C'est bien sur l'utilisation de déviances qu'il sagit , mais ces déviances masquent a peine leur origine.
QD tu lances un bout de bois a un chien , il te le ramène et tu crois que c'est pour que tu le relances ?
Pas du tout , il ne veut d'ailleurs pas le lacher ce con ! En fait il fait comme avec un autre chiot , il va tirer dessus pour voir qui est le plus fort ...qui aura acces aux mamelles en premier . C'est juste en transfert de la violence au jeu pour hierarchiser le groupe sans trop de dégats ...la mode originelle c'est du kiff . Ces signes etaient des agressions atténuées , des messages ...mais ils etaient "prouvables" parce que tous se connaissaient .
On a conserver ce besoin d'ostentation qui est sensé valoriser sa face , mais ds un méga groupe on peut rien prouver ! Ca fait rien ! on exhibe qd meme ! ça marche sur certains , surtout pour les femelles . Qd tuexhibe une rollexet un gros 4x4 ...il est pôssible que tu ais une petite bitte ,mais , bon , a moins de les louer , la meuff n'aura pas trop besoin de bosser les ménages .
Ces con-portementaux sont bien sur utilisés par l'économie qui , en changeant de leurre ts les 6 mois te fais consommer 5 fois plus que nécessaire.

kercoz

Messages : 965
Date d'inscription : 24/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le SALAIRE de LABEUR.

Message  nemo111 le Ven 18 Juin - 13:22

Systématisation quand tu nous tient... Rolling Eyes
Ramener l'ensemble des facteurs sociaux à un type de comportement sous prétexte d'ancienneté est au mieux abusif. L'agressivité est certes ancienne mais la solidarité aussi puisqu'il est impossible de la dater. Elle remonte à bien avant l'hominisation. Le fait de choisir celle-ci plutot que celle là n'est pas neutre et ne renvois pas au fait mais à une diéologie plus ou moins consciente. Et pourquoi pas la sexualité ou la domination du moi ou n'importe quoi d'autre?
La mode renvoi au moins autant au désir d'agrégation au groupe qu'à l'agressivité.
Pierre à raison de signaler que l'habillement spécifique des villages est aux antipodes de la mode actuelle qui est justement marqué par son caractère éphémère

nemo111

Messages : 679
Date d'inscription : 21/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le SALAIRE de LABEUR.

Message  Roland le Ven 18 Juin - 13:53

nemo111 a écrit:
Pierre à raison de signaler que l'habillement spécifique des villages est aux antipodes de la mode actuelle qui est justement marqué par son caractère éphémère

Ouaip, bibliographie : "L'empire de l'éphémère", G. Lipovetsky (ça doit se trouver chez Folio).
avatar
Roland

Messages : 301
Date d'inscription : 10/05/2010
Localisation : Rennes, 35

Voir le profil de l'utilisateur http://jargonf.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le SALAIRE de LABEUR.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum