Explications lien prix du pétrole - récession - endettement - élection présidentielle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Explications lien prix du pétrole - récession - endettement - élection présidentielle

Message  grand predicateur le Ven 20 Avr - 7:41

Bonjour à tous,

Sur cet article (http://petrole.blog.lemonde.fr/2012/01/10/en-euros-le-prix-du-petrole-egale-les-records-de-2008/) de Matthieu Auzanneau, j'avais déjà posé cette question :

Bonjour,

Quelqu’un serait-il en mesure de m’expliquer clairement les mécanismes liant croissance, coût de l’énergie, emprunts, endettements, décroissance et crise économique ?

Pourquoi un prix du baril supérieur à x $ ne serait plus supportable par une certaine économie ?

Elax, Delta et Pragmatic notamment ont participé à répondre à cette question, je les remercie d'ailleurs.

Etant complètement inculte en économie quelques questions qu'il me reste en vrac :

- en quoi la monétisation peut-elle "aider" une économie ?

- pourquoi avoir décidé que la BCE prête aux banques priviées qui prêteraient elles aux états. Comment une elle mesure a-t-elle pu être décidée ?

- Quelle relation existe-il entre inflation et taux d'intérêt (j'ai l'impression de les avoir souvent vu mentionner ensemble) ?

- Que pensez-vous par ailleurs du programme du candidat Mélenchon qui annonce une "planification écologique", une nationalisation des compagnies d'énergies, et un ensemble de mesures qui semblent être cohérentes dans une perspective de peak oil, mais qui revient tout de même sur la "relance" ?

- Merci pour vos réponses

Bonne journée !


grand predicateur

Messages : 15
Date d'inscription : 18/01/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Explications lien prix du pétrole - récession - endettement - élection présidentielle

Message  yvesT75 le Ven 20 Avr - 8:59

Bonjour,

J'aurais du mal a relier tout ça (et pas un expert en économie non plus), mais en passant, un article des echos aujourd'hui :
Le pétrole cher ne menace pas la croissance
Ecrit par
Patrick ARTUS
Chroniqueur - directeur de la recherche et des études d'IXIS CIB

Le prix du pétrole atteint des niveaux très élevés au premier trimestre 2012 et au début du deuxième trimestre : de 120 à 130 dollars le baril pour le brent. De nombreuses voix s'élèvent pour s'inquiéter des effets du prix du pétrole élevé sur la croissance. Si l'on regarde simplement la demande mondiale de pétrole face à la capacité mondiale de production, on conclut qu'inexorablement le prix du pétrole va considérablement augmenter dans le futur.

La croissance de la demande de pétrole est à peu près la moitié de celle du PIB mondial. Elle se situe donc tendanciellement à 1,75 % par an. L'amélioration de l'efficacité énergétique du monde est partiellement annulée par la hausse du parc automobile dans les pays émergents en croissance forte : Chine, Inde. Or la capacité mondiale de production de pétrole croît d'environ 1 % par an : le déficit par rapport à la demande mondiale (trois quarts de point par an, c'est-à-dire à peu près 0,7 million de barils par jour) devrait, en tendance, faire apparaître une vraie rareté du pétrole, donc un prix très élevé jusqu'au début des années 2020. Mais il n'est pas sûr pour autant que cette prévision se réalise. L'équilibre du marché du pétrole est en effet très particulier ; un certain nombre de pays disposent d'un pétrole de coût de production très faible (Arabie saoudite, Koweït; Irak), mais ne souhaitent pas produire davantage ; quant aux nouvelles productions (offshore profond, schistes bitumineux, Grand Nord), elles ont des coûts de production marginaux élevés : de 80 à 120 dollars le baril. Le prix du pétrole étant à l'équilibre au coût marginal de production, il est très élevé.

Mais si les pays à coûts de production faibles décidaient d'accroître substantiellement leur production (par exemple de 10 millions de barils/jour aujourd'hui en Arabie Saoudite à 15 millions en 2020), le prix du pétrole s'effondrerait, même si cette hypothèse est aujourd'hui très improbable tant ces pays cherchent à maximiser leur rente, c'est-à-dire l'écart entre le prix et leur coût marginal de production . Ceci les incite à ne pas produire davantage pour maintenir un prix élevé, devenu encore plus nécessaire à leur équilibre budgétaire dans une période où ils doivent faire face à la montée des revendications sociales après le printemps arabe. Le prix du pétrole, qui équilibre les budgets, est compris entre 100 et 120 dollars le baril en Arabie Saoudite, dans les Emirats, au Koweït, en Russie, au Venezuela...

En outre, la technologie peut connaître des ruptures. L'apparition du gaz de schiste aux Etats-Unis (25 % de la production de gaz naturel en 2012, 46 % en 2035) a fait chuter le prix du gaz naturel à moins de 2,50 dollars le million de BTU, soit l'équivalent (thermique) de 50 dollars le baril en Europe. Des réserves très importantes existent en Europe (45 % en France), en Chine, en Argentine, en plus des Etats-Unis.

Or, on commence à exploiter le pétrole de schiste aux Etats-Unis. La production approche 1 million de barils/jour en 2012 (10 % des importations de pétrole aux Etats-Unis). Elle pourrait atteindre 2 à 3 millions de barils en 2020. Si elle augmentait massivement dans le futur, le prix du pétrole chuterait comme celui du gaz naturel. Il s'agit évidemment d'une évolution à surveiller de près. Supposons cependant d'une part que les pays, où le coût de production du pétrole est faible, choisissent de ne pas produire davantage, d'autre part que la production de pétrole de schiste reste limitée, le prix du pétrole deviendrait alors très élevé (180 dollars le baril en 2020 ?). La croissance est-elle menacée dans les pays importateurs de pétrole ?

Il faut ici faire attention aux calculs mécaniques. Prenons l'exemple de la France. Ses importations d'énergie atteignent 4 % du produit intérieur brut ; on pourrait donc croire qu'une hausse de 10 % du prix du pétrole coûte 0,4 point d'activité réelle. Mais ce calcul mécanique ignore deux mécanismes correcteurs : les pays exportateurs de pétrole importent des biens depuis les pays importateurs et l'épargne supplémentaire des pays exportateurs de pétrole est investie dans les pays importateurs.

Au total, l'effet net d'une hausse de 10 % du prix du pétrole sur le PIB de la France est de l'ordre de 0,15 point. Si le prix du pétrole passe de 125 à 180 dollars le baril de 2012 à 2020, il en coûterait 0,1 point de croissance par an à la France sur cette période, ce qui est très peu.
http://www.lesechos.fr//opinions/chroniques/0202015799658-le-petrole-cher-ne-menace-pas-la-croissance-314119.php

...

Il y a des études assez précises sur ce que peut supporter l'économie Américaine je crois, et on peut sans doute aussi former une "équation de kaya" en termes purement énergétiques.

Sinon sur la monétisation ou financiarisation, ma vision est que le pétro dollar a permis aux US (et autres pays dans la "lignée") de s’endetter, surtout depuis fin 70 par là, en mettant en quelque sorte l'économie "en avance de phase" sur ce qu'elle est effectivement capable de supporter.

yvesT75
Admin

Messages : 550
Date d'inscription : 09/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://iiscn.wordpress.com/about/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Explications lien prix du pétrole - récession - endettement - élection présidentielle

Message  grand predicateur le Ven 20 Avr - 9:24

Article intéressant mais fort optimiste me semble-t-il. Mes dernières lectures (Jancovici, Cochet, Heinberg,..) me confortent dans l’imminence du pic pétrolier (voire réalité actuelle) et ses effets sur nos économies.

A première vue, l'article ici semble relativiser le tout. Qu'en pensez-vous ? Le raisonnement tient-il et les chiffres sont-ils plausibles ?

grand predicateur

Messages : 15
Date d'inscription : 18/01/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Explications lien prix du pétrole - récession - endettement - élection présidentielle

Message  yvesT75 le Ven 20 Avr - 9:38

Oui tout à fait d'accord, j'ai mis cet article plutôt en exemple de l'aveuglement actuel !

Un article sur le pic dans the economist publié aujourd'hui :
http://www.economist.com/node/21553034

yvesT75
Admin

Messages : 550
Date d'inscription : 09/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://iiscn.wordpress.com/about/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Explications lien prix du pétrole - récession - endettement - élection présidentielle

Message  Axolotl le Ven 20 Avr - 16:27

l'optimiste de cet article des échos est très étonnant, mais bon... je ne suis pas économiste.

N'empêche, il me semble que le déficit commercial de la France (qui est, me semble-t-il un élément important) implose du fait de l'augmentation de la facture pétrolière...

Il me semble aussi que la grande richesse de l'Europe (et de la France) en gaz de schiste est une hypothèse plus qu'une certitude... me trompè-je ?

Axolotl

Messages : 23
Date d'inscription : 03/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

documentaire très bien fait sur la crise de la dette, les limites de la croissance et le système bancaire

Message  grand predicateur le Mar 24 Avr - 17:48

Quelqu'un a-t-il déjà vu ce documentaire de Paul Grignon ?

http://www.youtube.com/watch?v=-QK33eDeCew&feature=related


grand predicateur

Messages : 15
Date d'inscription : 18/01/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Explications lien prix du pétrole - récession - endettement - élection présidentielle

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum